DES RÊVES DANS LA MARGE

Nathacha Appanah, Rien ne t’appartient

Résumé de l’éditeur

« Elle ne se contente plus d’habiter mes rêves, cette fille. Elle pousse en moi, contre mes flancs, elle veut sortir et je sens que, bientôt, je n’aurai plus la force de la retenir tant elle me hante, tant elle est puissante. C’est elle qui envoie le garçon, c’est elle qui me fait oublier les mots, les événements, c’est elle qui me fait danser nue. »

Il n’y a pas que le chagrin et la solitude qui viennent tourmenter Tara depuis la mort de son mari. En elle, quelque chose se lève et gronde comme une vague. C’est la résurgence d’une histoire qu’elle croyait étouffée, c’est la réapparition de celle qu’elle avait été, avant. Une fille avec un autre prénom, qui aimait rire et danser, qui croyait en l’éternelle enfance jusqu’à ce qu’elle soit rattrapée par les démons de son pays.

À travers le destin de Tara, Nathacha Appanah nous offre une immersion sensuelle et implacable dans un monde où il faut aller au bout de soi-même pour préserver son intégrité.

Gallimard

Fiche technique

Titre Rien ne t’appartient

Autrice : Nathacha Appanah

Édition – Collection : Gallimard – Blanche

Nombre de page : 160

Date de parution : 19.08.2021

Âge : À partir de 16 ans

Prix : 16.90€

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de mon rôle de jurée du Prix du Roman des étudiants, dont Rien ne t’appartient fait partie de la sélection 2021.

Mon avis

C’est d’abord un personnage perdu et atypique que j’ai rencontré dans les premières pages de Rien ne t’appartient. Un personnage blessé et hanté, dont nous allons petit à petit comprendre le passé. C’est cette histoire de vie que retrace donc Nathacha Appanah.

Les épreuves que Tara a vécues m’ont touchée, j’ai compati face aux évènements qui ont marqué cette jeune fille au fer rouge, qui l’ont modelée et changée à jamais. Et au-delà de ce récit de vie, c’est aussi et surtout l’histoire d’un pays qui nous est présenté. Un pays prisonnier de sa politique, de ses mœurs, de ses traditions sociales et qui n’a donc pas de place à accorder à ceux qui dévient légèrement sa trajectoire. Ce fut donc une véritable plongée dans une culture et une expérience de vie riche et difficile.

Pourtant, quelque chose m’a retenue de totalement m’intégrer à cette histoire. Je ne saurais pas la nommer exactement. Mais je sais déjà que ce roman ne restera pas pour toujours dans ma mémoire. C’est typiquement ce genre de livres « oubliables », ce qui traduit bien mon ressenti final qui veut que je n’étais pas vraiment mécontente de le refermer.

Ce fut donc une lecture qui, malgré ses sujets difficiles et poignants, ne m’a pas emballée plus que de raison.

La citation

Pendant longtemps, je suis persuadée que la vie que je mène est immuable.

C’est une vie délicieuse : des mangues, de l’eau de coco, du riz fumant, du curry épicé rouge, du poisson frit, du yaourt et du miel, des beignets gonflés et moelleux, du lait frais, de la glace faite avec la crème de ce lait frais et des gousses de cardamome, des concombres confis, du melon amer caramélisé. J’aime le sucré, l’amer, l’acide, le salé, l’astringent, j’aime le cru, le cuit, j’aime le vert, le mûr, j’aime le croquant et le moelleux. Mes parents disent que j’ai un palais d’adulte, ils sourient de mon appétit enthousiaste, de ma curiosité. Est-ce possible qu’au fond de moi je sache que cela ne va pas durer ?

Nathacha Appanah, Rien ne t’appartient

Ma note

Le mot de la fin

Et toi, tu aimes les récits de vie ?

Amandine Stuart

5/5 - (2 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén