DES RÊVES DANS LA MARGE

Holly Black, Le Peuple de l’air – T.02 : Le Roi maléfique

Petite précision avant de commencer :
C'est la première fois que je chronique un tome 2 seul. Alors, même si je vais vraiment tout faire pour ne pas que ça arrive, il est possible qu'un ou deux spoilers m'échappent par mégarde. Je ne dis pas que ce sera forcément le cas, juste que c'est une possibilité. Donc, si tu n'as pas encore lu Le Prince cruel (ce à quoi je te conseille de remédier très vite), peut-être vaudrait-il mieux que tu t'abstiennes de lire cet article. Ou du moins le résumé de l'éditeur et les 5 citations. Les parties "mon avis" et "en bref" sont, elles, totalement inoffensives. Enfin, c'est toi qui vois ! Je souhaitais juste t'avertir...

Résumé de l’éditeur

Tome 2 – Le Roi maléfique

Jude, la jeune humaine élevée au royaume des Faes, a installé le Prince Cardan sur le trône de Terrafae. Et à 17 ans, elle est désormais la sénéchale du roi, la personne la plus puissante de la Cour. Mais entre les intrigues politiques, les menaces de guerre et les sortilèges du Peuple, les pièges sont nombreux, même pour la sénéchale du roi. Surtout pour la sénéchale du roi. Afin de naviguer entre tous ces dangers et de contrer les traîtres qui voudraient s’accaparer la couronne, Jude doit user de tous ses talents d’espionne. Mais le plus difficile pour elle pourrait bien être de mettre de côté les sentiments ambigus qu’elle a développés pour le jeune et irrésistible roi Cardan… 

Édition Rageot

Fiche technique

Titre Le Peuple de l’air – T.02 : Le Roi maléfique

Autrice : Holly Black

Édition – Collection : Rageot – Grand Format

Nombre de page : 480

Date de parution : 14.04.2021

Âge : À partir de 15 ans

Prix : 18.90€

Mon avis

Souviens-toi… Il y a quelques mois, je chroniquais Le Prince cruel, le premier tome de la trilogie du Peuple de l’air. Je t’expliquais en quoi cette lecture avait été géniale et captivante ; et à quel point j’avais besoin de la suite. Je prévoyais d’ailleurs de me la procurer dès que ce serait possible.

Et c’est ce que j’ai fait !

Mercredi dernier (le 14 avril), j’ai mis mon réveil à 7h45 et j’ai tout de suite attrapé ma liseuse pour plonger tête la première dans Le Roi maléfique. Au diable le petit déjeuner ! Je n’ai pas décollé avant d’avoir atteint la dernière page, à 19h30. (J’ai tout de même été obligé de faire 2-3 pauses dans ce laps de temps, tu imagines bien.)

Enfin bref, ça faisait très longtemps que je n’avais pas dévoré un livre en une journée, et ça m’a fait beaucoup de bien !

Mais trêve de blabla dont tu te fiches très certainement, et passons à ce pourquoi tu es là !

Le Roi maléfique est-il la digne suite du Prince cruel ? A-t-il répondu à mes (nombreuses) attentes ? Je te dis ça juste après !

En général

Je ne vais pas faire durer le suspense inutilement (je déteste quand Nikos le fait à la télé)… Le Roi maléfique fut une aussi bonne lecture que Le Prince cruel. Ni au-dessus, ni en-dessous. Et ce fait en lui-même se salue quand on connaît la propension des seconds tomes à nous décevoir !

L’intrigue

Un début en douceur…

On retrouve Jude 5 mois après les événements qui ont clos Le Prince cruel. Et très franchement, c’était le point n°1 de ma liste d’espérances pour la suite. (Oui, j’avais fait une liste. Pas toi ?) C’était nécessaire pour ne pas créer de longueurs et garder une certaine dynamique. Et malgré tout, les premiers chapitres nous rapportent un quotidien assez routinier. Ce n’est pas qu’il ne se passe rien, mais le rythme est assez lent. Pour le coup, ça ne m’a pas du tout dérangée puisque ça m’a de permis de me remettre parfaitement dans l’histoire. J’ai pu refaire connaissance avec les personnages (ce n’est pas que je les avais oubliés, mais je me suis simplement réimprégnée de l’ambiance présent dans l’univers).

Et ce rythme m’a aussi permis de me rendre compte des nouveaux enjeux et complots politiques naissants depuis la fin du tome 1. Bref, il ne faut pas que tu t’attendes à directement partir sur les chapeaux de roues, puisque comme dans Le Prince cruel, la première partie du Roi maléfique est relativement calme. Je dis « relativement » parce qu’on est quand même dans un univers de fantasy assez violent et sans pitié. Et au bout d’un moment, on commence à sentir une tension qui grandit et qui te souffle que quelque chose de grave et de gigantesque va se produire. Tu l’anticipes, tu la redoutes, et tu la souhaites en bon lecteur psychopathe que tu es. Donc, j’ai quand même frissonné deux ou trois fois au cours des 200 premières pages.

…Pour finir en beauté !

Mais ce n’était rien comparé à la deuxième moitié du roman. Rien de rien. Du pipi de chat. Parce que le lecteur psychopathe que tu es avait raison. Ce qui se passe est à la fois terrible et formidable. J’avais compris qu’il allait se passer « quelque chose », mais je n’avais absolument rien vu venir sur le « comment », le « qui » et le « pourquoi ». Donc, bien que je m’y attendais, j’ai tout de même été très surprise ! Cet épisode n’était franchement pas très agréable à lire, surtout qu’il dure un certain temps. Mais je savais que c’était l’élément qui ferait que l’histoire avancerait dans le sens où je voulais qu’elle avance. Donc je n’arrêtais pas de me dire que « c’était juste un mauvais moment à passer ». C’était à la fois beau et terrifiant.

Mais comme je l’avais deviné, la période post-cet-évènement-que-je-ne-peux-pas-nommer était vraiment chouette ! Bien qu’encore une fois, tout soit relatif. Bref, cette deuxième partie du Roi maléfique compte encore beaucoup d’épisodes qui s’enchainent très vite et pour lesquels j’ai tremblée. Ce qui me faisait vraiment craindre la fin du livre.

Et au final, certes c’était assez dingue et bien sûr que si le tome 3 tombait du ciel juste devant mes yeux je le lirai immédiatement. Pour autant, j’ai la nette impression que la fin du Roi maléfique m’ait moins retournée que celle du Prince cruel. Ce qui est une très bonne chose pour ma santé mentale, je te te le dis franchement !

Mais l’intrigue n’est pas la seule à subir une évolution folle, les personnages aussi !

Les personnages

Jude a vraiment beaucoup grandi entre le début du tome 1 et la fin du tome 2. Si dans ma première chronique je t’expliquais que ce n’était pas « l’amour fou » je dois dire que, sans aller jusque-là, je la comprend de mieux en mieux et c’est agréable pour moi. Quant à Cardan, j’avais là aussi plutôt bien imaginé les choses : il envoie carrément du pâté ! Il reste mon personnage préféré de cette saga, celui pour lequel j’ai le plus d’empathie, de compréhension et d’attachement. Bref, je l’aime !

Et même si c’est assez logique, l’autre chose qui évolue en même temps que les personnages est… leur relation ! Je pense que c’était devinable à la lecture du Prince cruel, mais ça m’a fait tellement de bien de voir que c’était réellement le cas ! Et bien que cette partie reste vraiment minime (comme dans le tome 1, en fait), elle participait à créer de temps en temps une petite bulle de fraîcheur qui me laissait constamment avec un sourire niais sur le visage…

Un point « négatif » ?

Mais parce que la perfection est un principe trop rare, je voulais notifier quelque chose en rapport avec ce que je viens de dire. Franchement, ce n’est presque rien, juste pour dire que je suis un peu embêtante comme fille…

Enfin, j’ai remarqué que j’avais toujours tendance à me retrouver énervée après certains échanges entre Jude et Cardan. Et pourtant saches que j’adore leurs échanges ! Mais le fait est que les Faes ne peuvent pas mentir. Ou en tout cas pas directement. Ce qui fait qu’il y a des tonnes de répliques à double sens (parfois plus) dans cette histoire. Sauf que Jude n’est pas soumise à cette loi de la vérité, puisqu’elle est humaine. Et depuis le temps qu’elle vit dans ce monde, elle est habituée à analyser et décrypter ses paroles ambiguës… Excepté lorsque ces fameuses paroles proviennent de la bouche de Cardan ! J’avais l’impression qu’elle faisait exprès de tout comprendre de travers, alors que ça me semblait limpide ! Et ça, c’était très frustrant pour moi. J’avais parfois envie de la secouer et de lui demander d’ouvrir les yeux.

Je sais que Cardan n’est pas quelqu’un de très « lisible », mais tout de même… Je sais aussi que c’est un peu le jeu de ce genre d’intrigue… Après, j’ai trouvé que ce point s’améliorait au fur et à mesure que l’histoire évoluait. J’espère que ça continuera dans le tome 3.

Ce que je veux ajouter : Spoilers !

Cette partie, c’est mon moyen de discuter d’éléments avec toi sans pour autant que certains lecteurs soient spoilés par inadvertance. Alors je t’explique comment ça va se passer : je vais écrire en blanc sur blanc entre deux flèches, comme ça si tu veux lire tu n’auras qu’à sélectionner le texte pour qu’il apparaisse blanc sur noir, et, comme ça, il n’y a aucun risque pour les lecteurs innocents qui passent par-là !

Donc : tu ne dois lire cette partie que si tu as déjà lu et terminé Le Roi maléfique !

Ce que je veux ajouter sur Le Roi maléfique d’Holly Black :

Je ne sais pas ce qu’il en est pour toi, mais en ce qui me concerne j’ai de plus en plus de mal avec Taryn. Déjà que ne n’en étais pas très fan dans le premier tome… Là je ne la comprends plus du tout ! J’ai beaucoup de mal à saisir sa manière de voir les choses. Et comment peut-elle croire ne serait-ce qu’une minute que Locke est un type bien ? Est-ce que c’est du déni ou bien la volonté de d’attirer l’attention de sa sœur ? Et d’ailleurs, en parlant de Locke, je suis certaine que ça va mal finir. Il va se passer quelque chose qui va tout bouleverser (dans le mauvais sens du terme). Et pourquoi diable est-ce que Taryn aide-t-elle Madoc dans ses plans tyranniques ? Je veux des réponses !

Et je t’accorde que Cardan a beaucoup de défauts, mais je pense de plus en plus qu’il a raison lorsqu’il dit à Jude que tuer tout le monde n’est pas la solution. C’est sûr que c’est facile de critiquer maintenant, mais je pense qu’il aurait pu y avoir une autre alternative à la mort de Balekin. Cet acte va causer plus de remue-ménage qu’autre chose. Non pas que je vais le regretter, loin de là… Après, je comprends les deux parties. Jude voulait se venger de ce que Balekin lui a fait subir sous la mer et de toutes les autres atrocités qu’il a commises. Mais Cardan a le droit d’en vouloir à Jude de ne pas lui avoir dit ce qu’elle avait fait alors que l’occasion lui était présentée sur un plateau d’argent. Il faut vraiment qu’elle apprenne à ne plus être aussi solitaire et méfiante !

Je pense que tu l’as compris : l’épisode des fonds marins m’a à la fois traumatisée et ravie. Traumatisée parce que je plains sincèrement Jude pour ce qu’elle y a endurée (pendant plus d’un mois !). J’imagine que ça a vraiment dû l’abimer psychologiquement et physiquement. Devoir constamment duper et faire semblent pendant autant de temps doit être effrayant et épuisant. Mais ça m’a aussi ravie pour le « après ». Je pense (j’espère) qu’elle a mieux compris les sentiments de Cardan. Et j’ai trouvé la scène de retrouvailles magnifique !

En ce qui concerne la fin du Roi maléfique, je ne m’en fais pas vraiment. L’exil est sans aucun doute une ruse de Cardan pour sustenter Orlagh. Techniquement, vu que Jude est maintenant reine de Terrafae (WTF !), elle peut faire tout ce qu’elle veut, y compris retourner dans son pays quand ça lui chante. Une fois qu’elle aura compris ça (y compris que Cardan ne lui en veux pas), tout rentrera dans l’ordre !

En bref

En bref, le tome 2 de la trilogie du Peuple de l’air : Le Roi maléfique est la digne suite du premier. Il saura donc ravir les lecteurs qui ont appréciés Le Prince cruel, qui resteront dans la continuité de ce qu’ils avaient déjà pu lire. Une première partie relativement calme, une seconde remplie d’action et de rebondissements, des personnages qui évoluent dans le bon sens… Voilà de quoi est fait ce livre qui nous promet une conclusion de haut vol !

Vivement que le tome 3 soit traduit, car comme pour celui-ci, je sauterai dessus dès que ce sera possible !

Ma note

Les 5 citations

Avant de commencer un nouveau livre qui m’intéresse j’aime aller checker quelques citations pour voir si le style d’écriture me plait. Voici donc cinq citations. Seulement, comme Le Roi maléfique est un tome 2, il est possible que je place des spoilers, involontairement bien sûr. Alors si tu n’as pas encore lu Le Prince cruel, peut-être vaut-il mieux que tu passes cette partie… Enfin, c’est toi qui vois, je voulais juste t’avertir !

– On peut s’emparer de quelque chose quand tout le monde a le dos tourné. Mais le défendre, même lorsqu’on dispose de tous les atouts, n’est pas une tâche aisée, lui dit Madoc en riant.

Elle leva les yeux vers lui : il lui tendait la main.

– Il est bien plus facile de s’emparer du pouvoir que de le conserver, conclut-il.

HOLLY BLACK, LE PEUPLE DE L’AIR – T.02 : LE ROI MALÉFIQUE

– Pendant une seconde, souffle-t-il, je me suis demandé si ce n’était pas toi qui m’avais tiré dessus.

Je le regarde avec une grimace.

– Et qu’est-ce qui te fait croire que ce n’était pas moi ?

Il me sourit.

– Le tireur m’a raté.

Holly Black, Le Peuple de l’air – T.02 : Le Roi maléfique

Sur une terre où les mensonges n’existent pas, les promesses n’ont pas besoin d’être publiques pour engager ceux qui les font.

HOLLY BLACK, LE PEUPLE DE L’AIR – T.02 : LE ROI MALÉFIQUE

– On lui montre qu’en tant que Grand Roi je ne suis pas un bon à rien.

Je m’enquiers :

– Et comment s’y prend-on ?

– Ça sera très difficile, répond-il. Car j’ai bien peur qu’elle ait raison.

HOLLY BLACK, LE PEUPLE DE L’AIR – T.02 : LE ROI MALÉFIQUE

Balekin m’adresse un sourire carnassier.

– Un problème ?

Je suis presque à bout.

– Je me sens un peu faible. Je ne comprends pas pourquoi. Je me souviens d’avoir mangé. Du moins je crois m’en souvenir.

Après m’avoir jeté un coup d’œil inquiet, il appelle un serviteur. Un instant plus tard, on m’apporte une assiette de poisson cru, d’huîtres et d’œufs de poisson d’un noir d’encre. Dégoûté, Balekin me regarde la dévorer.

HOLLY BLACK, LE PEUPLE DE L’AIR – T.02 : LE ROI MALÉFIQUE

Le mot de la fin

Franchement, je ne sais plus quoi faire pour te convaincre de lire cette série ! Juste… Fais-le !

En attendant je te retrouve très bientôt pour un nouvel article, et d’ici là profites de tes lectures !

Amandine Stuart

Au Suivant Poste

Précedent Poste

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Feedbacks en ligne
Voir tous les commentaires

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén

0
J'aimerais avoir ton avis sur cet article ! N'hésite pas à laisser un commentaire !x
()
x