Des rêves dans la marge

Des lectures variées et des avis sincères

Chronique Lecture | La Belle et les Bêtes : Contes Monstrueux, de Soman Chainani

Couverture du livre La Belle et les Bêtes : Contes Monstrueux, de Soman Chainani

Résumé de La Belle et les Bêtes

Vous pensez connaître ces histoires, n’est-ce pas ?

Vous vous trompez.

Vous ne les connaissez pas le moins du monde.

Un prince qui vit un éveil surprenant…

Une belle qui se bat comme une bête…

Un garçon qui refuse de devenir une proie…

Un chemin vers le bonheur qui est perdu… Puis retrouvé.

Soman Chainani détisse douze anciennes histoires pour broder des contes originaux. Il crée un monde comme aucun autre où les bêtes ne sont pas forcément les monstres et où les jeunes filles ne sont pas toujours les damoiselles en détresse. Ces histoires sont des contes taillés pour notre époque. Alors poursuivez votre lecture, si vous l’osez.

De Saxus

Fiche technique

Titre La Belle et les Bêtes : Contes Monstrueux

Auteur : Soman Chainani

Édition – Collection : De Saxus – Saxo

Nombre de pages : 320

Date de parution : 14.09.2023

Âge : À partir de 12 ans

Prix : 24.90€

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de l’édition 2023 du Cold Winter Challenge.

Mon avis sur La Belle et les Bêtes

La Belle et les Bêtes est une lecture que je me suis procurée à sa sortie, en septembre, mais que je me réservais tout spécialement pour le Cold Winter Challenge, parce que je trouve que les réécritures de contes sont particulièrement appropriées à cette période de l’année.

Malheureusement je n’ai pas été aussi emballée que ce que j’espérais. L’écriture de Soman Chainani est belle, il n’y a aucun doute là-dessus, mais je n’ai pas ressenti la fascination que j’attendais et n’ai pas non plus été impliquée dans cette lecture. Je me suis plutôt retrouvée spectatrice de La Belle et les Bêtes, ce que je déplore vraiment.

Illustration issue du conte Blanche-Neige dans La Belle et les Bêtes de Soman Chainani
Illustration issue du conte Blanche-Neige

La Belle et les Bêtes, une lecture qui laisse de marbre

Mais alors, pourquoi ce manque d’enthousiasme de ma part ?

La raison principale vient certainement du fait que je connaissais tous les contes que l’auteur a choisi de reprendre (Le Petit Chaperon Rouge, Blanche-Neige, La Belle au Bois Dormant, Raiponce, Jack et le Haricot Magique, Hansel et Gretel, La Belle et la Bête, Barbe Bleue, Cendrillon, La Petite Sirène, Rumplestilskin et Peter Pan), mais je n’ai souvent pas été 100% convaincue par ce qu’il a choisi d’en faire.

En effet, le sous-titre « Contes Monstrueux » porte bien son nom puisque les histoires de Soman Chainani dans La Belle et les Bêtes sont dures et sanglantes et se situent vraiment loin du conte de fées. La plupart finissent mal, malgré leurs messages féministes louables et leur modernité générale.

Je salue d’ailleurs toute la diversité et l’inclusivité que l’auteur a mises dans ses histoires – qui contiennent toutes au moins un personnage de couleur, des protagonistes aux orientations sexuelles variées et qui se déroulent toutes dans une région du monde différente (on visite ainsi tous les continents et toutes les cultures).

Mais il n’empêche que mon intérêt pour la plupart des contes n’a été que très limité, de même que mes avis pour chaque conte de La Belle et les Bêtes qui n’ont finalement rien de très positif. Pour être franche, je l’ai terminé il y a à peine une semaine, et peu d’entre eux me reste vraiment en tête – à part celui de La Petite Sirène qui a été une énorme déception (la pire de tout le livre) et l’histoire de Peter Pan qui a quant à lui été un beau coup de cœur (la seule vraie bonne surprise de La Belle et les Bêtes qui a permis de conclure ma lecture sur une bonne impression, et ce qui a finalement aidé à faire un peu remonter ma note finale). Le conte de Peter Pan m’a d’ailleurs toujours fascinée, que ce soit dans la version de Disney ou dans l’originale écrite par J.M. Barrie – à laquelle j’avais consacré l’une des toutes premières chroniques du blog.

De plus, hormis la couverture magnifique, les dessins de Julia Iredale ne sont pas dans le style de ce que j’aime (d’autant que la plupart sont en noir et blanc).

Illustration issue du conte La Belle et la Bête dans La Belle et les Bêtes de Soman Chainani
Illustration issue du conte La Belle et la Bête

En bref

En bref, La Belle et les Bêtes : Contes Monstrueux de Soman Chainani est un recueil de réécriture de contes qui m’a globalement laissé de marbre. Je n’ai souvent pas été 100% convaincue par ce que l’auteur a choisi de faire de ces 12 contes, malgré leur empreinte moderne et féministe et toute la diversité et l’inclusivité qu’ils contiennent. Pour être franche, je garde déjà peu de souvenirs de cette lecture à peine une semaine après ma lecture. La réécriture du conte de Peter Pan a en revanche été un beau coup de cœur, et la seule vraie bonne surprise de La Belle et les Bêtes en ce qui me concerne.

Ma note

Ma note : 13/20

La citation de La Belle et les Bêtes

Personne n’a envie d’écouter une histoire qui sert de mise en garde.

Pourtant, on en raconte tout le temps aux enfants.

Des histoires de jeunes garçons et filles qui s’éloignent du droit chemin et sont punis pour leur erreur.

Pourtant, parfois, les enfants n’ont d’autre choix que de trouver leur propre chemin.

Quand leur foyer n’est plus un doux refuge, mais se transforme en repaire de sorcières.

Quand c’est la mère ou le père qui est monstrueux.

Alors les enfants s’enfoncent dans la forêt interdite.

À la recherche de l’amour qu’ils ont perdu.

À la recherche d’un nouveau lieu où ils se sentiront chez eux.

Prenons le cas de Hansel et Gretel.

Dans la version qu’on t’a probablement racontée, c’est l’histoire de deux jeunes enfants aux cheveux blonds qui s’éloignent du sentier traversant la forêt et grignotent une maison en pain d’épices, puis qui risquent de se retrouver cuits au four à cause de tout ça. Rien de surprenant à ce que tu aies entendu cette version du conte regorgeant d’avertissements que les adultes grincheux adorent. Sans ce genre de récits, comment pourraient-ils contrôler et dompter un esprit comme le tien ?

Cependant, la véritable histoire d’Hansel et Gretel est toute autre.

Veux-tu l’entendre ?

La vraie histoire regorge d’avertissements, elle aussi.

Mais pas à l’intention des enfants.

Non, pas pour les enfants du tout.

Soman Chainani, La Belle et les Bêtes : Contes Monstrueux

Le mot de la fin

Bon, j’avoue que ce n’est pas la chronique la plus enthousiasmante qui soit… Mais il se trouve que j’ai exactement ce qu’il te faut pour conclure cette chronique sur une note beaucoup plus positive : deux autres recommandations de réécritures de contes qui méritent vraiment le détour ! N’hésite pas à aller y jeter un coup d’œil.

En attendant de te retrouver là-bas, je te souhaite un bon mercredi ainsi que d’excellentes lectures !

Toi aussi tu aimes découvrir de nouvelles réécritures de contes de temps en temps – et particulièrement en hiver ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

4.9/5 - (36 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén