DES RÊVES DANS LA MARGE

Ces livres à lire… et à relire ! – Épisode #1

Ah ! Qu’est-ce que je peux adorer relire mes livres ! Bon, pas tous bien sûr. Mais ceux qui ont une saveur particulière, ceux auxquels j’associe un certain moment, ou encore ceux avec lesquels j’ai expérimenté un sentiment, une émotion unique. Alors là, oui !

Sauf qu’on ne va pas se mentir, c’est souvent difficile de s’accorder du temps pour une relecture, que ce soit parce qu’il y trop de nouveautés à découvrir, parce qu’on a peur d’être déçu et de ne pas vivre une expérience aussi intense que la première, ou parce qu’on se dit que ce serait mal rentabiliser son temps.

Je suis comme toi. Pour moi aussi c’est de plus en plus difficile de me lancer dans une relecture.

Alors j’ai voulu établir une liste (les maniaques des listes, levez la main 🙋‍♀️) de tous les livres que j’aimerais relire. Et le constat est triste : il y en a 26. (En comptant chaque série comme un livre, si je devais compter chaque tome, ça en ferait 59.)

Au secours, je sais.

J’ai donc pensé diviser cette liste en cinq parties (cinq épisodes) pour te les présenter une par une. Ça pourrait être un bon moyen de :

  1. M’auto-challenger à faire plus de relectures. Par exemple, une relecture tous les deux mois me paraît être un objectif sympa et atteignable.
  2. Mais surtout, ce système me permet de te présenter les must-have de ma bibliothèque, ces petites pépites qui méritent toute ton attention parce qu’elles sont exceptionnelles et te procureront tellement d’émotions que tu ne pourras pas t’empêcher d’y replonger. Je sais ce que tu te dis, et tu as entièrement raison : c’est du lourd.

Alors sans plus attendre, et parce que je vois que tu n’en peux plus de ce suspens de malade… C’est parti !

Clique sur les miniatures ou les couvertures pour accéder à mes articles ou à toutes les informations nécessaires.

Jandy Nelson, Le Soleil est pour toi

Résumé :

Jumeaux à la complicité fusionnelle, Noah et Jude ont tout pour être heureux sous le ciel bleu de Californie. Noah, le solitaire, dessine à longueur de temps et Jude, l’effrontée, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd’hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un drame les a anéantis et chacun doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.

Bon. Soyons clair. Si tu n’as pas encore entendu parler de Le Soleil est pour toi sur ce blog, c’est que l’heure est grave.

C’est un de mes plus gros coups de coeur de tous les temps, un magnifique roman sur la création, la résilience, l’amour et la fraternité. Mais c’est impossible pour moi de vraiment bien t’en parler en si peu de temps. Alors sache juste que c’est un joyau à milles facettes que tu dois absolument découvrir.

Et ce qui est sûr, c’est qu’avec une seule et unique lecture je n’ai pas pu m’émerveiller devant chacune des milles facettes de ce roman. Impossible.

C’est pour ça que j’ai affreusement envie de m’y replonger corps et âme. Et j’ai vraiment hâte que ce moment arrive.

Sarah J. Maas, Un Palais d’épines et de roses (la série)

Résumé du tome 1 :

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?
A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?

Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

Pour ce qui est de la saga Un Palais d’épines et de roses, la situation est un peu différente. Parce que je rêve de pouvoir retourner dans cet univers et de me battre aux côtés des personnages. Vraiment, je ne demande que ça. Surtout avec le tome 5 qui va sortir dans moins de 10 jours.

Sauf que voilà : j’ai un obstacle à franchir pour y arriver. Et cet obstacle, c’est tout simplement le premier tome de la série. Embêtant, je sais. Parce que je n’avais vraiment pas apprécié ce début de série. Franchement, entre elle et moi c’était mal parti. Le premier tome pose tout un tas de problèmes que je ne vais pas développer ici parce que ce n’est pas le sujet et que tu as certainement déjà entendu parler de ça à divers endroits.

Et puis il y a eu le tome 2, et à partir de là tout a changé. C’est devenu magique et incroyable. Cette série a pris son envol, elle a changé de dimension. Et c’était vraiment génial. Je me souviendrai en particulier toute ma vie de l’état dans lequel j’ai dû récupérer mon cœur après avoir refermé le tome 2. En fait, il n’y avait pas que mon cœur qui était en lambeaux, c’était moi tout entière. Je pourrais te dire avec une extrême précision où j’étais quand j’ai découvert l’ampleur de ce qu’impliquait cette fin de tome. Enfin voilà, j’étais une vraie serpillère.

Alors, oui, je sais que je pourrais très bien me passer de relire le tome 1. Rien ne m’y oblige. Mais je ne me vois pas reprendre cette histoire en cours de route, sans revivre les épreuves du début. Ça ne collerait pas avec l’évolution des personnages.

Donc voilà, un jour je prendrai mon courage à deux mains et je relirai ce premier tome… pour mieux savourer les suivants !

Alice Zeniter, Je suis une fille sans histoire

Résumé :

« Une bonne histoire, aujourd’hui encore, c’est souvent l’histoire d’un mec qui fait des trucs. Et si ça peut être un peu violent, si ça peut inclure de la viande, une carabine et des lances, c’est mieux… »

Mais quelle place accorde-t-on dans ces histoires aux personnages féminins et à la représentation de leur corps ? Alice Zeniter déconstruit le modèle du héros et révèle la manière dont on façonne les grands récits depuis l’Antiquité. De la littérature au discours politique, elle nous raconte avec humour et lucidité les rouages de la fabrique des histoires et le pouvoir de la fiction.

Là encore, il y a une raison particulière à ma volonté de relecture. Et je crois que c’est la plus particulière d’entre toutes parce qu’il se trouve que Je suis une fille sans histoire n’appartient pas au genre de la fiction, et pour cause : c’est un essai. Je dirai même plus : un très bel essai sur la littérature.

Alors je te l’accorde, ce livre n’est certainement pas destiné à tout le monde. Et pourtant, il m’a enchanté. Bizarre pour un essai, je sais. Mais voilà : j’ai été charmée par la plume d’Alice Zeniter, son humour et ses idées. C’est vraiment fin, bien construit, pédagogique et éclairant. Et qu’est-ce que j’ai pu rire durant ma lecture ! C’était fou.

En plus, j’ai lu ce livre en une fois, tard dans la nuit. Alors j’ai l’impression de ne pas l’avoir savouré à sa juste valeur, d’avoir été trop vite et donc de peut-être avoir raté des choses.

Ma relecture aura donc un objectif plus scolaire que de découverte. Je réfléchirai plus intensément, prendrai certainement des notes et ferai même peut-être une fiche. Je sais que ça n’a pas l’air très fun dit comme ça, mais je sens que c’est ce que j’ai envie d’offrir à ce livre, parce que c’est ce qu’il mérite. (Et je m’arrête là parce que je commence à partir dans un délire qui échappe à mon contrôle.)

Christina Lauren, Autoboyographie

Résumé :

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).

C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté !

Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée.

Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

Avec Autoboyographie je suis tombée d’une falaise. Et c’était la plus belle chute de toute ma vie.

Tanner et Sebastian resteront à jamais dans mon coeur, et Christina Lauren aura toujours mon respect et ma reconnaissance éternelle pour nous avoir déposé cette histoire entre les mains.

Vraiment, tu dois lire ce livre. Il est incroyable et cache bien plus que ce que te promet le résumé. L’écriture est magnifique et tellement pleine de poésie que je voulais surligner chaque phrase du roman, à tel point d’en apprendre des passages entiers pour pouvoir me les réciter quand j’en aurai besoin.

Alors il me tarde de me lancer dans cette relecture à un point que tu ne pourrais même pas imaginer.

Darynda Jones, Charley Davidson (la série)

Résumé du tome 1 :

Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi.

Mon nom c’est Charley et je suis la Faucheuse.

Les morts, je connais : j’en vois depuis que je suis née. Des fois, je les aide à faire des trucs du genre laisser un mot à leurs proches ou traquer leur assassin… Ça tombe bien parce que je suis aussi détective privée ! Pratique, non ? Ce qui l’est moins, c’est que les gens autour de moi ont du mal à y croire. Comme Swopes, l’agent avec qui je bosse : je voudrais qu’il me lâche un peu la grappe.

Cela dit, je pourrais le gérer si je n’avais pas d’autres chats à fouetter… comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides et dont j’aimerais bien découvrir l’identité…

Si tout va bien, tu connais déjà mon attachement pour la série Charley Davidson. (Si ce n’est pas le cas, clique sur la miniature et ce problème sera réglé.) Parce que Charley, c’est ma série doudou par excellence. Celle qui me fait rire et me détend comme aucune autre, sans aucune prise de tête. Et en même temps, cette série est tellement épique que c’en est parfois impossible. Bref, c’est le mélange parfait.

Et depuis que je l’ai refermée, je n’ai rien retrouver de comparable à Charley Davidson. C’est tout simplement ma petite madeleine de Proust, un peu honteuse certes, mais j’assume. Plus ou moins.

Enfin voilà, tout ça pour dire que la prochaine fois que j’aurai le moral dans les chaussettes il est fort possible que je ressorte le premier tome de la série !

Le mot de la fin

C’en est déjà tout pour ce premier épisode de ces livres que j’aimerais relire ! Une idée de ce que pourrait contenir le prochain ?

Et toi, quelle est la relecture qui t’appelle ?

Amandine Stuart

5/5 - (1 vote)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén