DES RÊVES DANS LA MARGE

Jandy Nelson, Le Soleil est pour toi

Résumé de l’éditeur

Jumeaux à la complicité fusionnelle, Noah et Jude ont tout pour être heureux sous le ciel bleu de Californie. Noah, le solitaire, dessine à longueur de temps et Jude, l’effrontée, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd’hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un drame les a anéantis et chacun doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.

Gallimard Jeunesse

Fiche technique

Titre : Le Soleil est pour toi

Autrice : Jandy Nelson

Édition – Collection : Gallimard Jeunesse – Scripto (2015) ; Pôle fiction n°105 (2017)

Nombre de pages : 496

Date de parution : 01.03.2015 en grand format ; 24.04.2017 en format poche

Âge : À partir de 13 ans

Prix : 11.99€ pour le grand format (Scripto) ; 8.65€ pour le format poche (Pôle fiction)

Récompense : Printz Medal 2015 (Prix américain décerné par une grande association de bibliothèques et qui désigne chaque année le « meilleur livre écrit pour les adolescents, entièrement basé sur ses mérites littéraires »)

Mon avis

Après la publication de l’article tranche de vie Bienvenue chez moi ! je suis heureuse de revenir pour te parler de ma grande passion… Aujourd’hui nous allons donc parler lecture ! Et pour cette première chronique lecture publiée sur le blog je tenais absolument à te faire découvrir (si ce n’est pas déjà fait) le roman Le Soleil est pour toi de Jandy Nelson qui a été pour moi un coup de cœur assez phénoménal. Je suis sûre qu’il saura, j’en mets un de mes cheveu à couper, te procurer tout un imbroglio d’émotions si intenses qu’il te sera impossible de sortir indemne de cette lecture. Tu veux savoir pourquoi ?

Tout simplement parce que ce livre est une ode à l’amour. Et pas seulement l’amour partagé entre deux personnes qui tombent amoureuses, je parle aussi (et surtout) de l’amour familial, fraternel, amical… L’amour qui est présent même quand les personnages refusent de l’avouer. Que ce soit Jude, Noah, leurs parents, Brian, Oscar, G. ou Heather, il gravite toujours autour d’eux ce sentiment de bienveillance incroyable.

En fait, ce bouquin est lumineux (je sais ce que tu te dis : « elle a pas été la chercher très loin, celle-là »). Mais c’est vraiment ça. Bien qu’il y est toujours une certaine part d’obscurité dans la lumière. Et c’est justement cette dualité entre ombre et lumière qui est intéressante et indispensable ici. Parce que Le Soleil est pour toi a beau être tellement coloré que s’en est parfois aveuglant, tous ses personnages ont des comptes à régler (avec leur histoire, eux-mêmes ou quelqu’un d’autre).

Et tous ces bouleversements émotionnels sont reliés à une chose extrêmement importante dans le livre : l’histoire en elle-même bien sûr, mais surtout le second thème majeur de l’oeuvre… L’art.

Il le peut, d’une façon ou d’une autre. Moi j’y crois. Et toi ?

L’art est le point culminant par lequel s’expriment les principaux personnages et qui permet de tisser cette toile d’araignée qui les fait communiquer les uns les autres. Ils n’ont pas tous le même moyen de le faire, Noah avec le dessein et la peinture et Jude grâce à la sculpture, et ils l’analysent et l’interprètent souvent différemment. Mais c’est ce qui est beau justement. Jandy Nelson nous offre ses personnages que l’on pourrait très bien qualifier d’ « excentriques » mais qui sont en réalité des extralucides, des « révolutionnaires » comme le répète souvent Noah.

Noah. Jude. Noah et Jude. Jude et Noah. C’est aussi et surtout de leur relation que traite Le Soleil est pour toi. Ils sont frère et sœur. Non. Plus que ça. Ils sont jumeaux. Et comme tous les jumeaux, ils entretiennent une relation particulière. Ils s’aiment d’un amour infini et seraient prêts à mourir l’un pour l’autre. Et en même temps, ils ne se comprennent pas toujours complètement. Les choix de l’un peuvent parfois être un total mystère pour l’autre. L’un peut aussi se sentir plus rejeté que l’autre. Ce n’est pas pour ça qu’ils ne font pas toujours preuve d’un soutien mutuel indéfectible. Mais il arrive aussi qu’un fossé infranchissable se creuse entre eux.

C’est ce fossé que cherche à combler Jandy Nelson en utilisant un fonctionnement narratif particulier. Nous suivons les points de vues alternés de Noah à ses 13 ans puis de Jude lorsqu’elle a 16 ans sur des gros chapitres d’environ une centaine de pages à chaque fois. Dans les chapitres consacrés au point de vue de Noah, nous suivons le quotidien des jumeaux, avec tous les questionnements, les découvertes et les chamboulements qui peuvent affecter des adolescents de cet âge. Tandis que dans les chapitres du point de vue de Jude, nous nous retrouvons face à des personnages dont la vie à changer. Et pas seulement leur vie, leur attitude et leur comportement aussi.

Pourquoi ? Parce qu’il est arrivé quelque chose dans le laps de temps de 3 ans qui séparent nos deux arcs narratifs. Et que c’est ce quelque chose qui a pratiquement fait muter Jude et Noah et les a séparés.

Tu pourras lire à divers endroits que ce roman est classé « jeunesse ». Je ne suis pas d’accord. Certes, il sera compris par les jeunes adolescents qui passeront un excellent moment. Mais les nombreux thèmes abordés résonneront tout autant (voir plus) dans les têtes de lecteurs plus matures qui en ressortiront bouleversés. Je ne suis pas en train de te dire « tu es trop jeune » ou « tu es trop vieux » pour lire ce livre. Je te dis que c’est le moment parfait pour que tu le fasses, parce que cette lecture te touchera en plein cœur et ne sortira jamais vraiment de ta vie, peu importe ton nombre de balais.

Tu veux une dernière bonne raison pour éteindre ton écran et foncer là-maintenant-tout-de-suite chez ton libraire te procurer Le Soleil est pour toi de Jandy Nelson ? C’est la parfaite lecture d’été. Entre le titre, la couverture et le lieu de l’intrigue (la Caroline), qu’est-ce qu’il te faut de plus ? Te dire que moi aussi je l’ai lu pendant mes vacances de juillet il y a deux ans ? Voilà, c’est fait !

Ma note

Les 5 citations

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais moi avant de commencer un nouveau livre qui m’intéresse je vais toujours checker quelques citations pour voir si le style d’écriture me plait. Alors c’est ce que j’aimerais proposer à la fin de chaque chronique lecture : cinq de mes citations préférées de l’oeuvre (garantis 100% sans spoilers, évidemment !). Libre à toi de les lire ou pas, suivant si tu aimes bien savoir dans quoi tu t’engages ou si tu veux garder le total plaisir de la surprise (au risque d’être déçu).

J’aimerais que le temps s’arrête pour que je puisse le regarder aussi longtemps que je veux. Il se passe un truc sur son visage, en ce moment même, un truc très lumineux qui essaie de s’échapper – comme un barrage qui retiendrait un mur de lumière. Qui sait, il a peut-être un soleil en guise d’âme. Je n’avais jamais rencontré quelqu’un avec l’âme comme un soleil.

Jandy Nelson, Le Soleil est pour toi

– Dessinez comme si votre vie en dépendait. Il n’y a pas de temps à perdre. Il n’y a rien à perdre. Nous refaisons le monde, rien de moins. Compris ?

Je croirais entendre ma mère. Et oui, je comprends. Je comprends absolument.

(Autoportrait : Garçon refaisant le monde avant que le monde ne le refasse)

JANDY NELSON, LE SOLEIL EST POUR TOI

Il [Noah] prend mes deux mains dans l’une des siennes. On se regarde droit dans les yeux, lui et moi, et le monde commence à se dissoudre, le temps aussi, les années s’enroulent sur elles-mêmes comme des tapis jusqu’à ce que tout ce qui nous est arrivé se défasse et s’annule. L’espace d’un instant, on se retrouve exactement comme avant, lorsqu’on ne faisait presque plus qu’un à nous deux.

« Wow, murmure-t-il. Je me sens shooté à la Jude. »

JANDY NELSON, LE SOLEIL EST POUR TOI

J’ai fait oui de la tête, et j’ai senti en moi quelque chose d’énorme et d’aveuglant se pulvériser en l’espace d’une seconde. Je suis à peu près certain que c’était mon âme.

JANDY NELSON, LE SOLEIL EST POUR TOI

Je veux de la couleur, riche, vive, une couleur qui dit merde, une couleur qui dit ta gueule, une couleur qui dit allez tous vous faire foutre, j’en veux par seaux entiers. Je veux l’éclat de la peinture neuve. Je veux plonger mes doigts, mes mains, dans le vert chartreuse, le rouge magenta, le bleu turquoise, le jaune cadmium. J’aimerais pouvoir manger la peinture. M’y noyer tout entier.

JANDY NELSON, LE SOLEIL EST POUR TOI

Comme je crois avoir épuisé (presque) tous mes arguments, je crois que je vais arrêter là. Mais pas si vite ! À toi de bosser un peu maintenant ! Rendez-vous en commentaires pour me dire si tu as déjà lu Le Soleil est pour toi de Jandy Nelson, ce que tu en as pensé, ou si tu comptes le faire un jour, et donner ton avis sur cette chronique. Oui, je suis curieuse 😉…

Amandine Stuart

Au Suivant Poste

Précedent Poste

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Feedbacks en ligne
Voir tous les commentaires
Marie
13 mai 2021 21:16

J’ai lu Le Soleil est pour toi grâce à ton article, et je ne suis vraiment pas déçue ! Ce livre m’a fait sortir de ma zone de confort, et je pense que ça m’a fait du bien de diversifier mes lectures – surtout avec un livre comme celui-ci 😉
Merci beaucoup pour cette recommandation, le livre restera un de mes favoris 🙂

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén

2
0
J'aimerais avoir ton avis sur cet article ! N'hésite pas à laisser un commentaire !x
()
x