DES RÊVES DANS LA MARGE

T.J. Klune, L’Ours, la loutre et le moustique – T.03 : L’Art de la respiration

Précédemment dans la série…

Résumé de l’éditeur

Tome 3 : L’Art de la respiration

Tyson Thompson a fini le lycée à seize ans et a quitté la ville de Seafare, dans l’Oregon, pour aller accomplir ce qu’il supposait être de meilleures et plus grandes choses.
Il a rapidement découvert que le monde extérieur avait des crocs, et il revient sur la côte ouest en traînant derrière lui quatre ans d’échecs, une addiction et un diagnostic de trouble panique.

Bear, son frère, et Otter, l’époux de son frère, croient que revenir chez eux est exactement ce qu’il faut à Tyson pour qu’il se retrouve. Entouré de sa famille dans la Monstruosité Verte, Tyson tente de remettre en place les bouts de sa vie brisée.

Mais peu de temps après son retour, Tyson se retrouve face à l’inévitable sous la forme de son ami d’enfance et premier amour, Dominic Miller, qu’il n’a pas revu depuis le jour où il a quitté Seafare. Tandis que leurs chemins se croisent, de vieilles blessures se rouvrent, de nouveaux secrets sont révélés, et Tyson découvre que sa propre histoire cache davantage que ce qu’on lui a dit toutes ces années.

Dans une mer de visages familiers, de nouveaux amis et les souvenirs du choix dévastateur d’une mère, Tyson va apprendre que, pour avoir un quelconque espoir en l’avenir, il doit combattre les fantômes de son passé

MxM Bookmark

Fiche technique

Titre L’Ours, la loutre et le moustique – T.03 : L’Art de la respiration

Auteur : T.J. Klune

Édition – Collection : MxM Bookmark – Romance Passion

Nombre de page : 632

Date de parution : 12.01.2022

Âge : À partir de 17 ans

Prix : 23.00€

Mon avis

Tiens, j’étais justement en train de me dire que ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé de T.J. Klune par ici. Alors je pense que c’est le moment de s’y remettre. Je t’avais quitté la dernière fois sur ma lecture bouleversante de Ce que nous sommes, le second tome de la série L’Ours, la loutre et le moustique. Et il est vrai qu’après m’être autant fait broyer le cœur, j’ai laissé passer un peu de temps avant de m’attaquer à la suite. Mais je l’ai finalement fait. Et il est temps pour moi de t’exposer mon ressenti sur L’Art de la respiration, le troisième et avant-dernier tome de cette superbe série.

Entre toi et moi

Il y a trois choses à savoir à propos des séries de T.J. Klune :

  1. Elles sont toujours composées de quatre tomes (ce sont des tétralogies) – ou plus rarement de deux tomes, mais il n’y a jamais de trilogie.
  2. Les seconds tomes sont toujours les meilleurs.
  3. Les troisièmes tomes sont toujours victimes d’une baisse de niveau.

Celui-ci n’échappe pas à la règle.

Mais attention ! Je précise tout de suite que L’Art de la respiration reste une très bonne lecture ! C’est simplement que les deux premiers tomes étaient excellents, alors il y a bien un “creux de la vague”, mais il n’est pas si profond que ça.

Un changement dans la matrice

Je pense qu’une partie de mon manque d’emballement vient du changement de point de vue qui s’opère dans ce tome. Parce que si nous nous trouvions dans la tête de Bear depuis le début de cette aventure, c’est bel et bien dans les pensées de Ty que nous nous retrouvons cette fois. Et j’adore Ty, tu le sais, je l’ai déjà exprimé à maintes reprises dans mes chroniques précédentes. Mais j’avoue que j’étais confortablement installée avec Bear, j’y avais mes repères et je m’y sentais bien, parce que je le connaissais et que ses réactions étaient devenues prévisibles. Alors il est vrai que ce changement de domicile m’a un peu déstabilisée.

Surtout que notre Moustique (qui veut dorénavant seulement être appelé par son prénom) a bien grandi. Il n’est plus le petit garçon de 10 ans qui était un futur éco-terroriste près à conquérir le monde, qui était si drôle, si plein de répartie, si mature pour son âge et si plein de bons conseils à la sagesse impressionnante. Ty est maintenant un jeune homme de vingt ans qui se prend en pleine face le retour de bâton de tous les traumatismes qui l’ont frappé durant son enfance. Et, évidemment, c’est loin d’être joyeux.

Turn on repeat

D’une manière générale, ce tome est très sombre. Presque aussi sombre que le premier. Non seulement par les sujets lourds et graves qu’il traite, mais aussi parce que je n’ai pu m’empêcher de me dire à de nombreuses reprises durant ma lecture que l’on faisait un pas en arrière. Je regardais la façon admirable dont les personnages avaient évolué dans les deux premiers tomes… et je ne pouvais m’empêcher de penser que tout recommençait, qu’on revenait au point de départ (ou presque) et que l’histoire était en train de se répéter.

Et justement. L’histoire se répète. Il est impossible de ne pas voir les similitudes entre l’histoire de Bear et celle du Moustique. Eux-mêmes les voient. Mais on dirait qu’ils sont pris dans un cercle vicieux dont ils seraient incapables de s’échapper. Et, quelque part, je crois que ça m’a mise en colère. Pas vraiment contre T.J. Klune, mais plutôt contre ce destin qui ne laisse pas de répit à ces frères qui méritent tellement mieux que ça. Alors je pense qu’une partie de mon cerveau s’est dit que comme l’histoire se répétait, j’en connaissais donc déjà la fin. Je ne te dirais pas si c’est effectivement le cas, mais ce qui est certain, c’est que c’est probablement une des raisons qui ont fait que je me suis moins attachée à ce tome.

Oh, happy day !

Maintenant, je le répète : ça ne veut pas dire que je n’ai pas apprécié ma lecture, loin de là ! Parce qu’il y a toujours ce truc indéfinissable qui fait que je me sens bien comme nulle part ailleurs entre les pages des romans de T.J. Klune, et en particulier dans cette série avec ces personnages. C’est toujours si plein d’amour en tous genres, de relations familiales incroyables, d’humour tordant, de drames inqualifiables et d’une bonne dose d’un ingrédient secret qui fait que tout se mélange parfaitement pour former une histoire merveilleuse.

Même si j’ai trouvé qu’il avait trop de points communs avec son frère pour que je le considère comme un personnage vraiment à part entière, Ty reste ultra attachant et plaisant à suivre. Je me suis impliquée dans son histoire et son parcours et j’ai prié tout ce que j’ai pu pour, qu’au final, ce gamin parvienne à avoir une revanche sur la vie. J’ai adoré enfin mieux connaître Dom, ce personnage qui m’avait tant intriguée dans le tome précédent. Je crois qu’il est mon coup de cœur de ce roman. Sa relation avec Ty est juste magnifique et si touchante que ça devrait être illégal. Cette romance était vraiment belle (peut-être pas autant que celle entre Bear et Otter, mais pas loin), mais je ne t’en dis pas plus étant donné qu’elle mérite d’être découverte “à l’aveugle”.

Et puis il y a Corey/Kori qui me faisait un peu peur au début, mais qui au final m’a appris beaucoup de choses sur les personnes bigenres. Et comment pourrai-je ne pas parler de Helena Hansbasket, ce personnage que l’on ne fait que croiser mais qui s’annonce déjà être mythique ! Crois-moi quand je te dis que je vais me jeter sur la série qui lui est consacrée, à elle et sa famille, au plus vite (elle a d’ailleurs une place de choix dans ma PAL du Pumpkin Autumn Challenge) !

Des heures sombres

Comme je l’ai dis un peu plus haut, L’Art de la respiration traite de sujets lourds et graves tels que la toxicomanie ou les troubles paniques. Ce sont des triggers warnings qu’il me paraît important de connaître avant de se lancer dans cette lecture. En tout cas, sache que j’ai trouvé que ces deux notions étaient très bien amenées, avec beaucoup de recherches (voir un réel vécu) qui se sont fait sentir – et ça, c’était très appréciable ! Je n’en dirai pas beaucoup plus parce qu’elles font partie intégrante de la trame de l’histoire et que je ne voudrais pas te spoiler, donc sache juste ceci : Ce sont des thématiques qui prennent beaucoup de place dans le roman, ce que j’ai trouvé réaliste et important du point de vue de la sensibilisation et de l’inclusivité.

En bref

En bref, L’Art de la respiration, le troisième tome de L’Ours, la loutre et le moustique est déstabilisant et frustrant sur de nombreux points (tels que le changement de point de vue de Bear vers Ty, le sentiment de rétrogradation dans l’évolution des personnages ou l’impression que l’histoire se répète dans un cercle vicieux), ce qui fait qu’il se situe selon moi un peu en dessous des deux tomes précédents. Mais ce roman reste une très bonne lecture où le talent de T.J. Klune pour nous raconter des histoires drôles, touchantes, dramatiques et improbables est toujours là !

J’ai adoré la relation entre Ty et Dom, mais aussi découvrir ce personnage si énigmatique. Tout comme tous les nouveaux personnages tous plus incroyables les uns que les autres qui entrent en scène. Et on ne peut que saluer les thématiques sombres, difficiles et trop peu souvent présentes en littérature auxquelles T.J. Klune s’attaque avec beaucoup de réalisme et d’humilité.

Enfin voilà, pour le dire simplement : Il faut lire T.J. Klune si ça n’est pas encore fait. Il faut lire cette série si ça n’est pas encore fait. Tu tomberas follement et irrévocablement sous leur charme. Et ça, c’est inévitable.

La citation

– Je n’ai pas besoin d’un autre foyer, me dit-il rudement. Je n’ai pas besoin d’un autre foyer que toi, alors ne l’oublie jamais, tu m’entends ? Ne m’oublie jamais. Tu ne peux pas. Tu n’as pas le droit.

Comme si je le pouvais. Comme si je pouvais un jour vouloir l’oublier. Je m’élance vers lui et il me soulève hors de la baignoire pour me plaquer contre son torse où un cœur magnifique bat à un rythme saccadé. Et nous restons assis là, dans cette fin d’après-midi, juste lui et moi. Pendant un certain temps, ce qui s’est passé avant ne compte pas. Ce qui arrive ne compte pas. Tout ce qui compte, c’est que Dom est celui que j’ai besoin qu’il soit et je prie pour être la même chose pour lui.

Après un moment, il dit :

– Le cadeau.

– Oui ?

Je ferme les yeux et respire son odeur.

– C’est la meilleure chose que j’ai jamais eue.

– Oui ?

Mon cœur se réchauffe.

– Oui. Merci, Ty. Ça va m’aider.

– À quoi ?

– Pour quand tu seras parti.

– Qui va te dire quoi porter ? reniflé-je. Tu ne sais absolument pas assortir tes vêtements.

Stacey l’aidera, me murmure la voix, mais je la repousse.

– Je suppose que je devrais t’appeler tous les jours, dit-il avec un rire vexé.

Ça ressemble presque à un sanglot.

– Tous les jours ?

– Tous les jours.

– Je reviendrai.

– Bien sûr, Ty.

– Je reviendrai, insisté-je.

Je m’écarte pour le regarder. Il évite mon regard.

– Dom, regarde-moi.

Il s’exécute, mais il y a comme un doute. Il ne peut pas me le cacher.

– Je ne… commence-t-il avant de secouer la tête.

– Tu verras. Je te le promets.

Je m’appuie contre lui.

– Tu es aussi mon meilleur ami, Dom. Tu verras.

– Je sais, Ty.

– Est-ce que tu sais pourquoi ?

– Pourquoi ?

– Toi et moi ?

– Oui ?

Il me serre plus fort. Je lui rends son étreinte.

– Nous sommes inévitables.

Et nous restons assis là pendant encore un moment jusqu’à ce que la terre ne tremble plus. Jusqu’à ce que nous puissions nous lever sans tomber. Jusqu’à ce que nous puissions affronter le monde en ayant pris une décision, même si elle nous brise le cœur.

T.J. Klune, L’Ours, la loutre et le moustique – T.03 : L’Art de la respiration

Ma note

Le mot de la fin

Je crois que je ne sais pas faire dans la brièveté quand il s’agit d’écrire une chronique sur un roman de T.J. Klune… Tu me pardonneras, mais j’avais tellement de choses à dire ! (Surtout quand on sait que j’ai tourné la dernière page de cette série il y a à peine deux jours. Mais ça, c’est pour un prochain épisode !)

En attendant, je te souhaite un bon mercredi (c’est d’ailleurs aujourd’hui que je fais ma rentrée des classes) et on se retrouve demain pour le traditionnel Throwback Thursday Livresque du jeudi !

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

5/5 - (8 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén