Des rêves dans la marge

Des lectures variées et des avis sincères

Chronique Lecture | Kerozene, d’Adeline Dieudonné

Couverture du livre Kerozene d'Adeline Dieudonné

Résumé de Kerozene d’Adeline Dieudonné

Une station-service, une nuit d’été, dans les Ardennes.

Sous la lumière crue des néons, ils sont douze à se trouver là, en compagnie d’un cheval et d’un macchabée. Juliette, la caissière, et son collègue Sébastien, marié à Mauricio. Alika, la nounou philippine, Chelly, prof de pole dance, Joseph, représentant en acariens… Il est 23h12. Dans une minute tout va basculer. Chacun d’eux va devenir le héros d’une histoire, entre lesquelles vont se tisser parfois des liens.

Un livre composite pour rire et pleurer ou pleurer de rire sur nos vies contemporaines.

Comme dans son premier roman, La Vraie Vie, l’autrice campe des destins délirants, avec humour et férocité.

Elle ne nous épargne rien, Adeline Dieudonné : meurtres, scènes de baise, larmes et rires. Cependant, derrière le rire et l’inventivité débordante, Kerozene interroge le sens de l’existence et fustige ce que notre époque a d’absurde.

Éditions de L’Iconoclaste

Fiche technique

Titre Kerozene

Autrice : Adeline Dieudonné

Édition : L’Iconoclaste

Nombre de pages : 257

Date de parution : 01.04.2021

Âge : À partir de 18 ans

Prix : 20.00€

Remarque : J’ai découvert ce livre dans sa version audio, lue par l’autrice.

Mon avis sur Kerozene d’Adeline Dieudonné

J’ai découvert la plume d’Adeline Dieudonné à l’automne dernier avec La Vraie Vie, un roman coup de cœur qui s’est hissé en bonne place de mes meilleures lectures de 2022. La dernière sortie de l’autrice, Reste, s’est également avérée être une excellente, excellente lecture. C’est donc en toute logique que j’ai tenue à découvrir un autre de ses romans, Kerozene, que j’ai tenu à lire malgré toute la mauvaise presse qu’il a reçu (je ne crois pas avoir déjà vu un seul avis positif à son propos) – parce j’étais tout de même curieuse qu’il faut aussi savoir se faire son propre avis.

Kerozene est un roman choral dans lequel on suit une dizaine de personnages, un par chapitre, qui vont tous se retrouver sur la même station-service durant la même nuit. Le but étant de savoir comment et pourquoi ils sont arrivés là.

La puanteur du kérosène

Et il est vite devenu clair que je ne comprenais pas ce roman. Je ne l’ai toujours pas compris d’ailleurs. Je ne comprends pas sa raison d’être.

Kerozene d’Adeline Dieudonné atteint un niveau de glauque assez terrifiant. Tout est violent, absolument tout. Et trash. Et vulgaire. Et ultra-sexualisé. C’est certainement ce qui m’a le plus dérangée : tout se rapporte au sexe, et d’une manière extrêmement sale et dégradante. À un point que ça en devenait vraiment gênant.

Le pire là-dedans étant certainement que je ne suis pas parvenue à trouver une quelconque justification à tout cela. J’attendais de voir la fin arriver, pour qu’elle puisse me donner la morale de l’histoire et remettre tout le reste en perspective. Mais nous n’avons eu droit à aucune morale et à aucune justification, ce qui a rendu l’histoire encore plus “inutile” à mes yeux. Tout est tombé à plat comme un soufflet. Parce que figure-toi que j’ai eu l’impression que l’autrice oubliait parfois de nous dire l’essentiel : Pourquoi ce personnage se retrouve-t-il dans cette station-service ? Je terminais le chapitre qui lui était dédié et je ne pouvais m’empêcher de me dire : “Et donc ? Tout ça pour n’avoir finalement aucune réponse ?”

Gif d'une station essence qui brûle pour illustrer ma chronique de Kerozene d'Adeline Dieudonné

Les particules du talent d’Adeline Dieudonné

Mais, malgré tout ce que je viens de dire, je ne pense pas que tout soit bon à jeter dans Kerozene d’Adeline Dieudonné.

Si certaines histoires m’ont totalement traumatisée (une en particulier), d’autres (même si elles sont très peu nombreuses -deux ou trois-) m’ont beaucoup marquée et plu. Elles ont résonné en moi, sans trop savoir pourquoi.

Mais le véritable point fort de Kerozene reste selon moi la plume et le style d’Adeline Dieudonné. Style qui se révèle d’autant plus dans la version audio du roman où l’autrice pose sa voix sur ses propres mots – comme elle l’avait fait avec La Vraie Vie et Reste. Et comme toujours, je trouve son talent de narratrice absolument indéniable. Elle m’hypnotise à chaque fois, peu importe ce qu’elle me raconte. C’est le pouvoir qu’Adeline Dieudonné détient sur moi.

En bref

En bref, Kerozene d’Adeline Dieudonné fut une lecture décevante que je ne suis pas parvenue à comprendre. L’autrice crée une histoire glauque, violente, trash et ultra-sexualisée extrêmement sale et dégradante. J’ai souvent eu l’impression qu’elle perdait de vue son propre objectif en ne nous donnant pas les réponses promises. Pour autant, je retiendrais quelques rares histoires qui sont parvenues à résonner en moi, ainsi que la performance de narratrice d’Adeline Dieudonné qui porte son propre texte dans la version audio du roman.

Ma note

Ma note : 11/20

La citation de Kerozene d’Adeline Dieudonné

J’avais sept ans et les adultes disaient “l’été s’en va”, “le printemps arrive”, alors je croyais que les saisons étaient des personnes. Des sorciers, ou des créatures magiques qui venaient vivre ici quelque temps, puis s’en allaient. Des créatures si puissantes qu’elles emportaient leur chaleur ou leur neige avec elles.

Adeline Dieudonné, Kerozene

Le mot de la fin

Si Kerozene fut une vraie déception, ce n’est pas pour cela que je renie le talent d’Adeline Dieudonné, bien au contraire ! J’attends même son prochain roman avec impatience ! Et, d’ici là, je ne peux que te conseiller d’aller te jeter sur ses autres publications à ne pas rater :

En attendant de te retrouver là-bas je te souhaite un bon mercredi et une excellente fin de semaine !

Toi aussi tu es tombé sous le charme de la plume d’Adeline Dieudonné ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

4.9/5 - (20 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén