Des rêves dans la marge

Des lectures variées et des avis sincères

Chronique Lecture | La Chambre sans murs, de Morgane Ortin

Couverture du livre La Chambre sans murs de Morgane Ortin

Résumé de La Chambre sans murs de Morgane Ortin

J’ai dansé

étiré mon corps

repris possession de chacun de mes membres

habité tout l’espace

je suis allée chercher la vie

dans les endroits profonds

qu’elle avait désertés

j’y ai trouvé l’océan

l’odeur des cendres encore brûlantes

le violet des plaines de mon ventre

j’y ai trouvé ma chair

mon sang

le sel de ma salive

je suis allée y voler le feu

Éditions Nami

Fiche technique

Titre La Chambre sans murs

Autrice : Morgane Ortin

Édition : Nami

Genre : Poésie

Nombre de pages : 136

Date de parution : 24.01.2023

Âge : À partir de 16 ans

Prix : 15.00€

Mon avis sur La Chambre sans murs

J’ai récemment eu envie de remettre un peu de poésie dans ma vie (parce que la vie est toujours plus belle quand elle est accompagnée de poésie) et j’ai donc jeté mon dévolu sur le recueil La Chambre sans murs de Morgane Ortin.

Et autant te dire que cette chronique sera très courte puisque j’ai été franchement déçue par cette lecture.

La chambre sans murs, un recueil qui manque de corps

Rien, dans la couverture, le titre ou le résumé ne m’a laissé présager que La Chambre sans murs était un recueil de poésie porté sur l’érotisme et les relations amoureuses. Quoique, maintenant que je vois l’illustration, je me dis qu’elle ne représente peut-être pas un bouquet de fleurs comme je le pensais, mais quelque chose d’autre ? Mais là n’est pas la question.

Livre de poésie ouvert pour illustrer ma chronique lecture de La Chambre sans murs de Morgane Ortin.

Le vrai problème est que je pense que les quatrièmes de couvertures servent à aiguiller le lecteur sur le contenu qu’il a entre les mains. Sauf que comme le poème au dos du livre tourne autour du féminin sacré (un peu dans l’esprit de ce qu’écrit Rupi Kaur)… Je m’attendais logiquement à ce que La Chambre sans murs s’empare de cette thématique. Et me voilà donc à commencer ma lecture et à découvrir que le recueil est composé à 90% de vers spicy ou autour des relations toxiques. J’ai donc eu la nette impression de m’être fait avoir sur la marchandise. Et ce n’était tout simplement pas ce que j’avais envie de lire à ce moment-là.

Maintenant, du point de vue du fond, La Chambre sans murs m’a semblé tout aussi insipide. Les poèmes de Morgane Ortin se ressemblent tous et n’ont, à mon sens, pas grand intérêt à partir du moment où on en a lu une dizaine : on les a tous lus. Les rimes sont inexistantes, de même que la ponctuation et le sens de certains vers m’a parfois totalement échappé. Moi qui apprécie par-dessus tout prendre des notes dans mon livre quand je lis de la poésie, le constat une fois que j’ai eu refermé La Chambre sans murs est sans appel : sur les 117 poèmes du recueil, je n’en ai annoté que 8. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

En bref

En bref, j’ai été très déçue par ma lecture de La Chambre sans murs de Morgane Ortin qui s’est avérée être un recueil de poèmes centré sur l’érotisme, ce qui ne correspond absolument pas à la thématique du féminin sacré que la quatrième de couverture laissait présager. Les poèmes en eux-mêmes ne sont pas parvenus à me charmer avec leurs rimes inexistantes, de même que la ponctuation et le sens parfois cryptique de certains vers. Je ne te recommande donc pas cette lecture !

Ma note

Ma note : 11/20

Les deux citations de La Chambre sans murs

La maison que j’habite est traversée de solitudes

qui s’encombrent puis qui craquent

j’y entre le soir sans en être sortie de la journée

tout vient à mon dîné, à ma tablée

et lorsque je crie, c’est un chuchotement qui apparaît

j’habite la maison silencieuse

aux murs délavés

aux volets qui appellent la lumière

sans jamais la narguer

Morgane Ortin, La Chambre sans murs

Ce qu’on aime souvent

c’est le souvenir froid

plus que la tiédeur de ce qui reste

Morgane Ortin, La Chambre sans murs

Le mot de la fin

Si tu souhaites te confronter à des recueils de poèmes qui traitent vraiment de féminin sacré et de façon beaucoup plus belle que La Chambre sans murs, je te recommande ceux de la désormais célèbre Rupi Kaur dont j’apprécie beaucoup le travail. N’hésite pas à aller jeter un œil à mes chroniques qui, je l’espère, te donneront envie de te lancer à la rencontre de cette poétesse si ça pas encore fait :

En attendant de te retrouver là-bas, je te souhaite un bon lundi et une super semaine !

Tu connais Morgane Ortin et sa Chambre sans murs ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

4.9/5 - (18 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén