Des rêves dans la marge

Des lectures variées et des avis sincères

Chronique Lecture | ABC contre Poirot, d’Agatha Christie

Couverture du livre A.B.C. contre Poirot d'Agatha Christie

Résumé d’ABC contre Poirot

Bien sûr, la retraite a ses charmes… Cependant, Hercule Poirot ne peut s’empêcher, de temps à autre, de reprendre du service, à condition, bien sûr, qu’il s’agisse d’une affaire hors du commun. Et quelque chose lui dit que cette curieuse lettre signée A.B.C. risque de stimuler ses petites cellules grises…

Éditions Le Livre de Poche

Fiche technique

Titre ABC contre Poirot

Autrice : Agatha Christie

Édition – Collection : Le Livre de Poche – Policier / Thriller

Nombre de pages : 192

Date de parution : 6 Juin 1936

Âge : À partir de 13 ans

Formats & Prix : Poche : 5.60€  Ebook : 5.49€  Audio : 17.45€ (ou un crédit)

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de l’édition 2024 du Challenge Read Christie.

Mon format de lecture : J’ai découvert ce livre dans sa version audio, lue par Samuel Labarthe, que les Éditions Audiolib ont accepté de m’envoyer gratuitement et que je remercie pour leur générosité.

Mon avis sur ABC contre Poirot

Quoi de mieux pour commencer la semaine sur les chapeaux de roues que de parler de tueur en série ? C’est en tout cas le sujet du cinquième roman d’Agatha Christie que j’ai découvert en mai et qui a, comme d’habitude, réussi à m’embarquer !

ABC contre Poirot : au pied de la lettre

ABC contre Poirot a l’avantage non négligeable de sortir du schéma classique créé par la reine du crime, notamment parce que c’est l’une des premières fois que l’on retrouve la présence d’un tueur en série dans une œuvre de fiction – alors que le terme n’a techniquement pas encore été inventé. Mais ce n’est pas là la seule originalité puisque l’autrice va aussi choisir d’exploiter sa thématique au maximum en multipliant les points de vue : on retrouve donc la voix habituelle de notre cher Capitaine Hastings qui s’exprime à la première personne, mais on y ajoute aussi quelques courts chapitres à la troisième personne où l’on suit les actions de Monsieur Alexander Bonaparte Cust.

J’ai trouvé ce procédé intéressant dans la mesure où il permet de dynamiser le rythme et de faire monter la tension au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue, alors que l’étau se resserre de plus en plus.

Je ne me suis donc pas du tout ennuyée dans ma lecture, que j’ai parfois eu du mal à lâcher. Cette histoire de lettres anonymes rend le tout addictif, tandis que l’on voyage aux quatre coins de l’Angleterre aux côtés de notre cher duo Poirot/Hastings qui vivent une véritable course-poursuite avec ce fameux ABC. L’éventail de personnages mis en place est varié et incarné, et présente l’avantage certain de ne pas être trop étendu (alors que je peux parfois reprocher à l’autrice de créer trop de protagonistes, ce qui peut facilement me perdre). Sans oublier la fin qui, si je la pensais écrite d’avance, est parvenue à totalement me surprendre : je n’avais vraiment rien vu venir et suis restée plantée au milieu du jardin, les yeux écarquillés, alors que toute la vérité était révélée !

Et je profite encore une fois de cette chronique christiesque pour saluer le formidable travail d’interprète que produit Samuel Labarthe dans la version audio du roman et qui, à l’image de toutes les précédentes, fut un véritable régal pour les oreilles – que ce soit pour retranscrire l’humour anglais, les petites mimiques propres à chaque personnage ou les moments plus dramatiques… Tout est incarné à la perfection et ajoute une véritable valeur ajoutée au texte original. Mais je te laisse le constater par toi-même dans cet extrait :

En bref

En bref, ABC contre Poirot d’Agatha Christie fut une bonne lecture dans laquelle l’autrice sort de son schéma habituel en mettant en scène la figure d’un tueur en série et en multipliant les points de vue. Ces procédés rendent le rythme particulièrement dynamique et permettent de faire monter la tension, créant ainsi une lecture addictive aux personnages variés et incarnés et à la fin on ne peut plus surprenante et inattendue. Tout cela étant magnifié par le formidable travail d’interprète que Samuel Labarthe fournit dans la version audio de ce roman que je te recommande chaudement !

Ma note

Ma note : 14/20

La citation d’ABC contre Poirot

À première lecture, cette lettre m’a plutôt fait l’effet d’un canular idiot. Imaginez un doux dingue, un peu poivrot sur les bords !…

– Un peu Poirot ?

– Un peu poivrot ! Du verbe “se poivrer”. Ou “se cuiter”, si vous préférez. Enfin, je veux dire, un type qui a bu un coup de trop.

– Bravo pour ses efforts linguistiques, Hastings. Je connais l’expression “se cuiter”, merci infiniment.

Agatha Christie, ABC contre Poirot

Le mot de la fin

C’est déjà ma cinquième chronique d’un roman d’Agatha Christie depuis le début de l’année, et je compte bien poursuivre cette nouvelle habitude livresque (qui consiste à lire un nouveau livre de l’autrice chaque moi) encore longtemps ! Même si je dois avouer que celui que je découvre en ce moment, Mort sur le Nil, ne m’emballe pas vraiment… Mais nous en reparlerons en temps et en heure !

D’ici là, tu peux retrouver mes avis sur mes précédentes lectures d’Agatha Christie juste ici :

En attendant de te retrouver là-bas, je te souhaite un bon lundi ainsi que d’excellentes lectures !

Mais avant de partir, viens me dire en commentaires si tu as déjà eu l’occasion de lire ABC contre Poirot !

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

5/5 - (38 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén