Des rêves dans la marge

Des lectures variées et des avis sincères

Sophie Tal Men, Des Matins Heureux

Résumé de l’éditeur

Dans le quartier du Montparnasse à Paris, Elsa, Marie et Guillaume se croisent sans le savoir. Si le jour, leur quotidien les éloigne, le soir, tous trois affrontent une même peur de la nuit. 

Elsa se réfugie dans le bus pour éviter la violence de la rue, Marie, qui vient de quitter Brest, multiplie les gardes à l’hôpital pour combler son vide sentimental, et Guillaume retarde la fermeture de son bar afin de fuir la solitude. 

C’est au détour d’un Lavomatic, d’un irish pub ou par le biais d’une annonce sur Leboncoin qu’ils finiront par se trouver. Mais parviendront-ils, ensemble, à aller jusqu’au bout de leur nuit ? À se reconstruire ?

Des matins heureux est le roman des nouveaux départs, la rencontre de trois personnages blessés, touchants dans leur fragilité, inspirants dans leur force de résilience.

Éditions Albin Michel

Fiche technique

Titre Des Matins Heureux

Autrice : Sophie Tal Men

Édition – Collection : Albin Michel – Romans Français

Nombre de pages : 304

Date de parution : 01.04.2022

Âge : À partir de 15 ans

Prix : 19.90€

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de l’édition 2023 du Challenge Fais vriller ta PAL.

Remarque Bis : J’ai découvert ce livre dans sa version audio, lue par Cathy Min Jung, Marvin Schlick et Claire Tefnin.

Mon avis

Sophie Tal Men est une autrice dont je suis assidûment les sorties, ayant lu tous ses livres dont le dernier en date : Des Matins Heureux, que j’ai découvert au début du mois de Février dans sa version audio à l’occasion du challenge Fais vriller ta PAL.

Nouvelle respiration

J’avais senti dans les quelques tomes précédents que les intrigues avaient un peu de mal à se renouveler, j’ai donc été contente de découvrir que dans celui-ci l’autrice innovait – d’abord en délaissant la Bretagne (au cœur de ses histoires) pour prendre la capitale comme décor, et ensuite en confectionnant un roman choral où trois personnages vont évoluer. Ces changements apportent une véritable bouffée d’air frais ainsi qu’un sentiment d’inattendu qui plane sur le roman et qui laisse place à beaucoup de possibilités dans le déroulement de l’intrigue.

Un trio inattendu mais qui fonctionne

On retrouve donc Marie, que l’on avait déjà croisée à plusieurs reprises dans les romans précédents de l’autrice, qui va partir à Paris pour suivre un stage à l’hôpital. Là-bas, elle va rencontrer Guillaume, le barman d’un irish pub qui vient de se faire larguer et qui veut se débarrasser de tout ce qui lui rappelle cette ancienne relation. En parallèle, nous suivons aussi Elsa, une jeune femme qui va vivre ses premières nuits en tant que sans-abri. Ces trois personnages gravitent dans le même quartier parisien et vont donc tous finir par se croiser dans la nuit alors qu’ils fuient leurs problèmes et leur solitude… et finir par s’aimanter les uns aux autres.

Des Matins Heureux est donc une histoire de reconstruction, comme sait si bien les écrire Sophie Tal Men. J’ai beaucoup aimé cette diversité de points de vue et ce trio de personnages qui vivent des situations très différentes mais parviennent à sortir la tête de l’eau en s’appuyant les uns sur les autres. C’est une lecture qui aborde un certain nombre de sujets difficiles, mais qui parvient toujours à rester dans la bienveillance, l’humanité et l’empathie. L’autrice sait alterner entre les instants graves, les moments d’émotions et des scènes d’humour qui allègent l’atmosphère. Après Là où le bonheur se respire, Des Matins Heureux se place donc en digne héritier des précédents romans feel-good de Sophie Tal Men. Et s’il est vrai que l’intrigue n’est pas toujours des plus originale, elle a tout de même su me fournir de très bons moments de lecture, de détente et de divertissement, ce qui est finalement tout ce que je demandais !

En bref

En bref, Des Matins Heureux de Sophie Tal Men s’est révélé être une très bonne lecture qui a su innover et se renouveler après les derniers romans de l’autrice qui commençaient (à mon sens) à s’essouffler un peu. Le trio de personnages que l’on rencontre est attachant, on partage réellement leurs soucis et leurs préoccupations au sein de ce quotidien parisien. Cette histoire de rencontres et de reconstructions est pleine de bienveillance, d’humanité et d’empathie, mais aborde aussi des sujets difficiles que l’autrice arrive à bien traiter et à équilibrer entre instants d’émotions et de joies mêlés d’humour. Une jolie lecture que je te recommande !

Ma note

La citation

Le graffiti sur cette façade d’immeuble n’était pas là, la veille. Il l’aurait juré ! Et ça le mit en rogne. “On ne trouve pas la solitude, on la fait.” Marguerite Duras. Depuis quand les murs étaient capables de vous faire la morale ? Comme des tatouages urbains, porteurs de pots fêlés, qui vous livrent leur message et vous pointent du doigt gratuitement en passant. Et ça fonctionna sur lui. Cette citation lui fit accélérer le pas.

Sophie Tal Men, Des Matins Heureux

Le mot de la fin

Et voilà pour cette nouvelle chronique de Février que j’ai enfin rattrapé ! En tout cas c’est toujours un plaisir de te parler de Sophie Tal Men et de ses romans dont le dernier en date –La Promesse d’une île– vient de sortir en librairie. Je compte bien sûr le découvrir dans les mois qui viennent… Et je te partagerai bien évidemment mon ressenti sur cette lecture !

Tu as déjà lu un roman de Sophie Tal Men ? Ou peut-être en as-tu simplement entendu parler ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

4.9/5 - (14 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén