DES RÊVES DANS LA MARGE

Rainbow Rowell, Fangirl

Résumé de l’éditeur

Cath est fan de la série Simon Snow, comme le reste du monde. Sauf qu’elle ne se contente pas d’endosser le costume de son héros favori à chaque avant-première, elle va jusqu’à écrire la suite des aventures du jeune mage, et publie ses histoires sur un site où sa fanfiction est suivie par des milliers de lecteurs.

Tout bascule le jour où Wren, sa sœur jumelle, qui partage sa passion depuis toujours, décide de faire chambre à part sur le campus universitaire. Alors que Wren s’apprête à profiter dignement des joies de la vie étudiante, Cath est soudain projetée dans un univers hostile où elle va devoir se confronter à des gens biens réels : son père, publicitaire qui frise le surmenage, une prof de littérature qui méprise la fanfic, une coloc un peu revêche et un petit ami envahissant…

Castelmore

Fiche technique

Titre Fangirl

Autrice : Rainbow Rowell

Édition – Collection : Castelmore – Jeunes adultes

Nombre de pages : 512

Date de parution : 18.02.2015

Âge : À partir de 13 ans

Prix : 16.90€

Mon avis

Après le gros morceau qu’a été l’article coup de coeur de vendredi dernier sur Lux de Jennifer L. Armentrout, je voulais me poser un peu pour te parler de la lecture parfaite pour ce début d’automne : Fangirl de Rainbow Rowell.

En général

Franchement, si tu ne sais pas quoi lire en ce moment et que tu accuses un peu le coup suite à notre récent passage à l’automne, tu devrais vraiment me faire confiance et te lancer dans Fangirl. Cette histoire incarne tellement la lecture doudou, cocooning à savourer sous une (ou deux, ou trois) couverture(s) avec une tasse de chocolat chaud bien fumant et ton chat qui ronronne sur tes genoux… Tu visualises ? Parce que moi oui !

L’histoire débute lorsque Cath fait sa rentrée à la fac. (Peut-être d’ailleurs que tu à vécu ça il y a quelques semaines ?) Et là c’est le chaos qui se répand sur sa vie : Sa sœur jumelle la rejette pour la première fois de son existence, son père devient franchement bizarre, sa prof est totalement hostile à sa plus grande passion, les garçons sont des êtres vivants à la constitution cérébrale pour le moins incompréhensible, et vivre en société est un supplice de tous les instants. Pour échapper à tout ce capharnaüm il lui reste quand même une chose, j’ai nommé la fanfiction qu’elle écrit, qui est suivie par un nombre hallucinant de lecteurs.

Au début, je redoutai un peu la manière dont serait traité le sujet de la fanfiction, parce que, je vais te l’avouer, je suis assez récalcitrante envers ce procédé d’écriture. Je n’aime pas en lire et ai du mal à en comprendre l’intérêt. Mais en fait j’ai très vite adhéré à la véritable prise de risque de l’autrice qui prend un pari très osé.

Je m’explique : dans Fangirl, Cath est ultra-fan d’une série de livres de 7 tomes qui ont pour personnage principal un garçon, Simon Snow, qui se découvre mage et va vivre de nombreuses aventures au cours de ses sept ans d’études dans une école spécialisée dans ses aptitudes hors-normes, tout en luttant hardiment contre une entité maléfique qui veut détruire le monde. Je ne te ferai pas l’affront d’aller plus loin dans ma description. Mais si tu n’as toujours pas reconnu la référence, sache que je ne peux pas faire grand-chose pour toi, mis à part peut-être ça :

Coucou Harry !

Tu vois maintenant ce que je veux dire par « véritable prise de risque ». C’est un vrai parti pris osé de réécrire, sans s’en cacher, le monstre de la littérature jeunesse qu’est Harry Potter. Ça m’a d’abord un peu surprise, et puis j’ai trouvé ça tellement audacieux (limite un coup de génie) que j’ai rapidement trouvé beaucoup d’amusement à chercher toutes les références, grandes ou non, que Rainbow Rowell intègre dans son roman.

Sauf que le truc avec une fanfiction, c’est qu’on (ré)écrit l’histoire à notre propre façon. Et à ton avis quel point particulier de l’histoire Cath a-t-elle choisi de changer ? Je te le donne en mille ! Il naît une relation ambiguë tirant vers de l’amour entre Simon et Baz, son ennemi juré fils d’une noble famille de mages qui lui en fait voir des vertes et des pas mures. Nous nous retrouvons donc avec une love story entre Harry et Drago (une Drarry). Et alors je suis désolée pour les adeptes de cette version, mais avec moi, ça ne passe pas. Ce n’est pas du tout le fait d’une romance MxM, au contraire, mais bien le fait d’associer ces deux personnages en particulier. J’ai beaucoup trop lu les livres et vu les films pour croire ne serait-ce qu’une seconde que ça pourrait marcher. IMPOSSIBLE.

Mais comme j’aimais beaucoup l’histoire de la vie de Cath (ce qui est quand même un gros morceau ; je t’en parle juste après), j’ai pris le parti de faire comme si l’histoire de Simon Snow était un récit indépendant de celui d’Harry Potter. Comme si Rainbow Rowell avait écrit sa propre histoire de héros magique. Et c’est là que j’ai commencé à véritablement apprécier cette histoire dans l’histoire.

Parce que ce que je n’ai pas précisé c’est qu’il y a de réels passages où nous devenons le lecteur, non pas de Rainbow Rowell, mais bien de Cath. Parfois, entre deux chapitres, tu as la surprise de tomber sur un passage (souvent très court, 3-4 pages) de sa fanfiction, et ça crée une véritable fraîcheur, une respiration très appréciable que j’attendais de plus en plus impatiemment au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire.

Enfin bref, tout ça pour te dire que ce n’est pas tous les jours qu’on trouve dans un bouquin un tel sujet traité avec une telle complémentarité, puisqu’en plus des extraits de Simon Snow, il y a aussi une vraie réflexion qui se fait tout au long de Fangirl. Peut-on vraiment s’octroyer le droit de s’approprier une histoire au point de la réécrire et donc de fausser les intentions/messages/mots de l’auteur ? Là est toute la question…

Mais attention ! L’histoire autour de la fanfiction n’est qu’une partie de Fangirl. Une autre part importante tourne autour de la relation gémellaire qu’entretient Cath avec sa sœur, Wren. Cette rentrée à la fac est pour elles l’élément déclencheur qui va opérer une scission dans leur relation. Surtout du côté de Wren qui va prendre son indépendance, s’éloigner, et prendre des décisions que Cath va avoir beaucoup de mal à comprendre. On peut y voir des similitudes avec Le Soleil est pour toi de Jandy Nelson, et je pense que les histoires de relations entre jumeaux sont des thèmes que j’apprécie et que j’aimerais découvrir plus. Si tu as des suggestions à me faire, je suis preneuse ! J’ai donc plutôt aimé découvrir le duo qu’elles forment, même si j’ai parfois été déroutée par certaines choses (que je te laisse découvrir). C’était souvent sombre, mais aussi touchant.

Mais si Cath est le personnage principal de cette histoire, il y en a un autre qui a une importance primordiale : Lévi. J’ai pris plaisir à le découvrir en même temps que Cath le découvrait. Lévi est quelqu’un de foncièrement gentil (j’insiste sur ce point) et de délicieusement mystérieux. Je l’avoue : les personnages (surtout masculins) trop gentils ne sont pas vraiment ma tasse de thé : je les trouve souvent trop fades. Mais avec Lévi, c’est un peu différent. Je dois dire que sa personnalité et son humour un peu piquant et noir y sont pour beaucoup. Il a un aspect un peu naïf, un peu candide, et en même temps un regard très réaliste sur ce qui l’entoure. Lévi est un véritable point fort indispensable de ce roman. Je suis sûre qu’il te plaira !

Pour terminer, j’aimerais juste te parler rapidement d’un autre point qui m’a intéressé dans Fangirl : la grosse difficulté de Cath pour évoluer en société. C’était bien d’aller plus loin que la classique « ado mal dans sa peau ». On voit différentes situations qui font que pour elle, aborder, se lier ou discuter avec quelqu’un est une véritable épreuve. Cath, souvent, ne comprend pas vraiment les codes des gens de son âge et à, de ce fait, beaucoup de mal à s’intégrer. Et même si elle peut en souffrir un peu parfois, cette difficulté se transforme souvent en force puisqu’elle n’est pas tributaire d’un quelconque genre ou d’une quelconque mode. Elle agit et se comporte comme elle a envie de le faire, pour elle et pour elle seule.

Je trouve que Rainbow Rowell a bien réussi à illustrer et transmettre le fait que notre différence ne regarde que nous, qu’elle nous fait en tant qu’individu, et que si elle en gêne certains, ce n’est certainement pas à nous de nous en excuser. C’est un point primordial qu’il ne faut surtout pas perdre de vue, mais que nous avons tous malheureusement tendance à oublier.

En bref

En bref, Fangirl de Rainbow Rowell est une lecture parfaite pour l’automne, qui nous transporte dans la vie de Cath avec beaucoup de douceur, énormément d’humour, et un peu de gravité. Il ne faut pas se laisser influencer par la couverture ou le résumé, parce que je te le dis : c’est une histoire pleine de profondeurs. À se procurer sans hésitation en prévision d’un week-end bien pourrît à égayer !

Ma note

Les 5 citations

Avant de commencer un nouveau livre qui m’intéresse j’aime aller checker quelques citations pour voir si le style d’écriture me plait. Voici donc cinq citations (toujours garanties 100% sans spoilers, évidemment !). Libre à toi de les lire ou pas, suivant si tu aimes bien savoir dans quoi tu t’engages ou si tu veux garder le total plaisir de la surprise.

– Hé, rengaine ton sourire, lâcha Cath en grimaçant. Ton charme dégouline sur ma sœur, et je ne suis pas sûre qu’il parte au lavage, plaisanta-t-elle.

RAINBOW ROWELL, FANGIRL

– Les mots sont des armes redoutables, déclara mademoiselle Possiblelfe en déambulant le long des rangées de bureaux d’un pas léger. En sus, plus on les prononce, plus ils s’imprègnent de puissance… La façon dont vous les assemblerez en les disant, en les lisant, en les écrivant, en combinaisons spécifiques, leur confèrera leurs pouvoirs.

Rainbow Rowell, Fangirl

Cath l’avait déjà remercié vendredi soir, mais elle estimait qu’il avait droit à une nouvelle tournée de reconnaissance.

– C’est rien, je t’assure. Vous avez discuté, alors ?

– Wren et moi n’avons pas besoin de discuter, dit-elle en plaquant deux doigts contre sa tempe. On est jumelles : on est télépathes.

Lévi sourit.

– Ah oui ?

– Non.

– Même pas un tout petit peu ?

– Non, répondit Cath, avant de se retourner vers son écran.

RAINBOW ROWELL, FANGIRL

– Les autres ? répéta Cath en secouant la tête, puis en sirotant un peu de sa boisson. Il y a des gens sur Internet, tu sais ? C’est génial : tu peux rencontrer des tonnes de nouvelles personnes, sans devoir supporter leurs odeurs corporelles et le poids de leur regard.

RAINBOW ROWELL, FANGIRL

– Rien, rien du tout… C’est juste… qu’on a bien le droit d’abandonner, parfois, non ? Est-ce que c’est vraiment criminel de se dire une fois ou deux : « C’est vraiment trop douloureux : j’arrête » ?

– Il y a eu de fâcheux précédents dans la famille…

– De personnes qui ont voulu éviter la souffrance ?

– De personnes qui ont voulu éviter la vie.

RAINBOW ROWELL, FANGIRL

J’espère que cet article t’a plu ! Perso j’ai un peu de mal à me faire à ce changement de saison, et c’est vrai que me replonger dans Fangirl m’a fait du bien.

Je t’attends en commentaires pour discuter de ce livre et de son autrice ! Tu aurais d’autres de ses histoires à me conseiller (j’ai seulement lu Carry On après celui-ci) ? Je suis preneuse !

Amandine Stuart

Au Suivant Poste

Précedent Poste

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Feedbacks en ligne
Voir tous les commentaires

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén

0
J'aimerais avoir ton avis sur cet article ! N'hésite pas à laisser un commentaire !x
()
x