DES RÊVES DANS LA MARGE

Nine Gorman & Marie Alhinho, Le Jour où le soleil ne s’est plus levé

Précédemment dans la série…

Clique sur la couverture pour accéder à ma chronique

Résumé de l’éditeur

Et s’il y avait une partie de l’histoire dont vous ignoriez tout ?

Lorsque Finn, le nouveau du lycée, débarque avec sa noirceur et son charisme incendiaire, Nate sent ses dernières barrières s’effondrer. Sans pouvoir se l’expliquer, il sait que Finn va faire basculer son destin. Reste à savoir si, à son contact, Nate finira par se brûler les ailes ou trouver enfin sa voie…

Albin Michel

Fiche technique

Titre Le Jour où le soleil ne s’est plus levé

Autrices : Nine Gorman & Marie Alhinho

Édition : Albin Michel

Nombre de page : 528

Date de parution : 01.07.2022

Âge : À partir de 16 ans

Prix : 18.90€

Mon avis

Après l’excellent souvenir que m’avait laissé La Nuit où les étoiles se sont éteintes, j’ai tenu à me plonger dans son tome compagnon sorti en Juin dernier : Le Jour où le soleil ne s’est plus levé, qui reprend les évènements de La Nuit mais en nous les racontant du point de vue de Nate – aka l’un de mes personnages masculins chouchous. Ce roman peut donc être lu par celleux qui souhaitent avoir une première entrée dans l’univers de cette bande de potes, tout comme celleux qui veulent les retrouver pour toujours plus d’émotions.

Sensitive

Parce que des émotions, il y en a à revendre dans Le Jour où le soleil ne s’est plus levé. Des émotions qui sont souvent contradictoires, en montagnes russes, toujours à osciller entre un bonheur enivrant et une souffrance intolérable. C’est le propre des hypersensibles tels que Nate, plein de fêlures et d’incertitudes. Mais c’est surtout une part de sa personnalité qui m’avait tant charmée dans La Nuit où les étoiles se sont éteintes. Et, tu sais quoi ? Nate est parfait tel qu’il est.

Il nous est impossible de ne pas le voir au fur et à mesure que l’on avance dans notre lecture… et que l’on découvre en chemin tous les obstacles qui se sont dressés et qui se dressent encore sur la route de Nate. C’est un roman très dur (encore plus que n’a pu l’être La Nuit), qui n’épargne pas son lectorat et encore moins ses personnages.

⚠️ Alors, avant d’aller plus loin, voici la liste exhaustive des triggers warnings présents dans Le Jour où le soleil ne s’est plus levé : le harcèlement scolaire, la LGBT-phobie, les violences et abus sur mineurs, la consommation de drogues et d’alcool, ainsi que le suicide. Si tu ne te sens pas capable de te confronter à l’un de ces sujets, je te conseille de te préserver en allant te pencher sur une autre histoire.

Si nous avions eu un bon aperçu de ce à quoi Nate devait faire face dans La Nuit où les étoiles se sont éteintes, ce n’était rien comparé à la réalité qu’il vit dans Le Jour où le soleil ne s’est plus levé. Tous les TW qui sont listés au-dessus sont développés avec beaucoup d’intensité, ce qui peut créer des scènes extrêmement dures à lire. Bien que l’on soit toujours averti qu’elles arrivent grâce à un petit signe au début du chapitre concerné, ce qui était déjà le cas et avait déjà été beaucoup apprécié dans La Nuit. Il faut aussi préciser que les autrices, Nine Gorman & Marie Alhinho, ne vont jamais pousser les descriptions trop loin. Tout est sous-entendu, de façon à ce que l’on comprenne les choses sans avoir à les dire frontalement. Ce qui est bénéfique compte tenu du public young adult auquel est destiné ce roman.

Let the sunshine in

Mais bien sûr, Le Jour où le soleil ne s’est plus levé est aussi et surtout une histoire de parcours, de rencontres et de résilience. De comment l’espoir peut ressurgir d’un endroit inattendu lorsque l’on pense que tout est perdu. C’est un récit sur l’amour. Amour des autres. Amour pour l’autre. Mais plus que tout, l’amour de soi.

Alors oui, ça m’a plu de voir à quel point Nate pouvait trouver du réconfort auprès de la bande que nous avons appris à connaître dans La Nuit où les étoiles se sont éteintes : Kenna, Kurt, Jaeger et Finn. De constater des liens qui les unissent, de la profondeur de leurs relations. C’était très beau.

Parce que si ce roman n’est pas toujours des plus solaires, il témoigne tout de même d’une fureur de vivre assez incroyable. Tout n’est que musique, textes, poésie et théâtre. Des mots qui se rapportent toujours à la mort, de près ou de loin, mais qui ne font en réalité que la tromper.

Again

Maintenant, il y a un paramètre qui a fait que je n’ai pas éprouvé la même fulgurance que j’avais pu avoir avec La Nuit où les étoiles se sont éteintes. C’est justement le fait que je connaissais déjà cette histoire. Même si celle-ci est très remaniée et réécrite, les grandes lignes ne changent pas (ce qui est logique). Mais j’ai parfois eu l’impression de m’ennuyer un peu, ou du moins de ne pas avoir à faire avec le même rythme effréné de ma première lecture qui m’avait poussé à tourner les pages de plus en plus vite. Alors oui, j’ai regretté cette petite redondance qui m’a parfois donné l’impression de perdre mon temps pour quelque chose que je connaissais déjà.

Mais je ne regrette absolument pas cette lecture et serai ravie de me plonger dans le futur tome compagnon que les autrices nous ont promis sur Jaeger, ce personnage si secret et insaisissable !! Alors, le rendez-vous est pris !

En bref

En bref, Le Jour où le soleil ne s’est plus levé de Nine Gorman & Marie Alhinho fut une belle lecture, bien que pleine de sujets extrêmement sensibles mais traités avec beaucoup de délicatesse. La noirceur de ces thématiques ne fait que plus ressortir l’éclat des messages qui sont véhiculés. Il est simplement regrettable de voir que, pour celleux qui ont lu La Nuit où les étoiles se sont éteintes, l’effet de répétition est bien présent et empêche une immersion totale auprès de Nate, ce si beau personnage.

La citation

Je plonge dans l’eau, et le monde se renverse. Il fait chaud, c’est agréable. Il n’y a pas de haut et de bas. Il n’y a pas de droite et de gauche. C’est comme avant la naissance, avant l’existence qui fait mal, avant les gens qui blessent et les sens qui heurtent. C’est comme avant d’avoir envie de revenir au point de départ.

Nine Gorman & Marie Alhinho, Le Jour où le soleil ne s’est plus levé

Ma note

Le mot de la fin

C’est la fin de cette chronique qu’il me paraissait important d’écrire, même si ma lecture remonte un peu. En espérant qu’elle ait pu t’éclairer sur ce tome compagnon de La Nuit où les étoiles se sont éteintes, je te souhaite une bonne journée et te dis à bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

4.7/5 - (7 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén