Des rêves dans la marge

Becky Chambers, Histoires de moine et de robot – T1 : Un Psaume pour les recyclés sauvages

Résumé de l’éditeur

Tome 1 : Un Psaume pour les recyclés sauvages

Voilà des siècles, les robots de Panga ont accédé à la conscience et lâché leurs outils ; voilà des siècles, ils sont partis ensemble dans la forêt, et nul ne les a jamais revus ; voilà des siècles qu’ils se sont fondus dans les mythes de l’humanité.

Un jour, la vie de Dex, moine de thé, est bouleversée par l’arrivée d’un robot qui, fidèle à une très vieille promesse, vient prendre des nouvelles. Il a une question à poser, et ne rejoindra les siens qu’une fois satisfait de la réponse. La question : “De quoi les gens ont-ils besoin ?”

Mais la réponse dépend de la personne à qui on parle et de comment on pose la question. La nouvelle série de Becky Chambers s’interroge : Dans un monde où les gens ne manquent de rien, à quoi sert d’avoir toujours plus ?

Éditions L’Atalante

Fiche technique

Titre Histoires de moine et de robot – T1 : Un Psaume pour les recyclés sauvages

Autrice : Becky Chambers

Édition – Collection : L’Atalante – La Dentelle du Cygne

Nombre de pages : 136

Date de parution : 15.09.2022

Âge : À partir de 15 ans

Prix : 12.90€

Récompense : Prix Hugo 2022 (meilleur roman court)

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de l’édition 2023 du Challenge Le Mois de la Fantasy.

Mon avis

Après ma lecture longue et assez fastidieuse de La Couronne d’Os Dorés, j’ai voulu poursuivre mon Mois de la Fantasy en changeant totalement d’ambiance, d’univers et de format en me lançant dans Un Psaume pour les recyclés sauvages de Becky Chambers. Ce livre a fait le tour de la bookosphère cet automne, mais j’avoue que sur le coup il ne me faisait pas très envie. Et finalement, peut-être à force d’en entendre parler et de voir cette magnifique couverture, j’ai fini par m’y intéresser de plus près et par me dire que cette lecture pourrait vraiment me plaire.

Et, devine quoi ? Ça a été un joli petit coup de cœur !

Utopie

J’ai tout de suite été charmée par cette ambiance très zen et bienveillante, tout en étant moderne et réaliste. Je veux dire par-là que si l’univers est clairement utopique, il n’est pas la reproduction du monde des bisounours. Bien au contraire. L’environnement d’Un Psaume pour les recyclés sauvages représente l’harmonie parfaite entre respect et protection de l’environnement ; et optimisation de la technologie, sans tomber dans la dérive qui en découle souvent. C’était très doux et intelligemment fait.

Tout comme Dex, notre personnage principal que j’ai tout simplement adoré. Dex est une personne non-binaire, ce qui signifie que tout le livre est rédigé en écriture inclusive (notamment avec l’emploi du pronom “iel”). C’est un point que j’ignorai totalement avant d’entrer dans l’histoire, et si ça m’a un peu surprise au début, il ne m’a en réalité pas fallu plus de quelques pages pour que ma lecture devienne totalement fluide et que je ne remarque même plus la différence. J’ai adoré que Becky Chambers construise son personnage ainsi, parce qu’en réalité la question de genre n’est pratiquement pas évoquée dans le récit, c’est un non-sujet qui illustre (parmi d’autres exemples) la société futuriste et évoluée d’Un Psaume pour les recyclés sauvages. C’est un point qu’il me paraissait important et intéressant de développer un peu.

Retour aux sources

Mais pour en revenir à Dex, iel est moine de thé – c’est-à-dire qu’iel se déplace de village en village avec son vélo et sa roulotte pour apporter un moment de sérénité aux habitants qui viennent se confier et déguster une bonne tasse de thé parfaitement adaptée à la situation qu’ils vivent. (Je crois qu’on ne peut pas faire mieux pour ce qui est de faire un récit doux et enveloppant. C’est clairement un de mes aspects préférés du livre.) Sauf que plus les semaines passent, moins Dex parvient à trouver un sens à sa vie. Il ne lui manque rien, mais iel n’arrive pas à trouver le bonheur et a la sensation qu’il manque quelque chose à son existence. Iel va donc tout plaquer sur un coup de tête et décide de partir s’enfoncer dans la forêt pour tenter de retrouver un vieux monastère abandonné et espérer trouver les réponses qu’iel cherche en chemin.

Un Psaume pour les recyclés sauvages est vraiment une petite perle de douceur, une caresse sur le cœur. C’est un parcours initiatique inspirant et enveloppant, entre conte philosophique et poétique, qui nous entraîne dans un retour aux sources et en profite pour nous questionner sur la vie, sur ce qu’on en fait, sur l’humanité, sur les droits des personnes à disposer d’elles-mêmes, sur notre rapport à la technologie et à l’environnement. J’avoue que toute la partie “philosophie” me faisait un peu peur – je me disais que ça risquait d’être ennuyeux et compliqué et théorique et élitiste. Mais je ne pouvais pas plus me tromper. Tout est extrêmement accessible et bienveillant, sans aucun jugement, avec toujours beaucoup de douceur et d’humanité dans le ton et dans les réflexions.

Bip-bip

Et puis, je ne m’y attendais absolument pas, mais j’ai aussi trouvé beaucoup d’humour dans ce récit. Un humour qui vient souvent d’Omphale, un robot que Dex va rencontrer en chemin et dont il va devoir, bon gré mal gré, s’accommoder de la présence. J’ai encore une fois adoré ce personnage si intelligent et en même temps si inadapté aux codes de la société. Il a toujours des réflexions justes et vraies, souvent grâce au regard un peu naïf qu’il pose sur le monde. Le duo qu’il forme avec Dex est juste parfait, j’ai adoré les voir se découvrir, apprendre à se connaître et lier des liens très forts, avec un esprit de camaraderie qui faisait chaud au cœur.

Et puis, je ne sais pas si tu as lu Un Psaume pour les recyclés sauvages et donc si tu as eu le même réflexe que moi, mais Omphale est immédiatement apparu dans ma tête comme une copie des robots dans Un Château dans le ciel (aka l’animé de référence de ma vie entière) ce qui n’a pu que me le rendre encore plus sympathique et attachant.

Je vois que je suis en train de m’étaler, donc je ne vais pas aller plus loin, je pense que tu as compris l’essentiel qui est que ce récit a été un joli coup de cœur que je te recommande très fort. J’ai d’ailleurs déjà ajouté la suite, Une Prière pour les cimes timides, à ma wishlist… et il me tarde déjà de retrouver cet univers et ses personnages !

En bref

En bref, Un Psaume pour les recyclés sauvages, le premier tome de la série Histoires de moine et de robot de Becky Chambers fut un joli coup de cœur. Une petite perle de douceur, un parcours initiatique inspirant et enveloppant, entre conte philosophique et poétique, un retour aux sources. Extrêmement accessible et bienveillant, avec une extrême douceur et beaucoup d’humanité. Ces personnages sont géniaux et attachants et je ne souhaite qu’une chose : les retrouver bientôt dans la suite de leurs aventures !

Ma note

La citation

Le bas de la roulotte perdit rapidement toute apparence d’organisation pour se transformer en laboratoire de fortune. Des pots de fleurs et des lampes horticoles occupaient le moindre recoin. Feuilles et tiges s’obstinaient à grimper plus haut que prévu. Des piles de mugs sales, encore à moitié pleins d’expériences prometteuses ou ratées, encombraient la table jusqu’à ce que Dex trouve la disponibilité d’esprit nécessaire pour se lancer dans une grande vaisselle. Un présentoir s’installa au plafond et se dépêcha de disparaître sous les sachets de fleurs hachées menu et les feuilles parfumées qui séchaient. Une fine poussière d’épices moulues recouvrait tout, le canapé, l’échelle, et même l’intérieur des narines de Dex, dont les éternuements violents faisaient s’entrechoquer les bouteilles. Pendant la journée, Dex profitait de l’abondance d’électrons pour faire tourner devant le chariot un désyhdrateur qui transformait les baies et les agrumes en copeaux moelleux. C’était parmi ces objets bienveillants que Dex passait des heures à mesurer, marmonner, verser, réfléchir.

Becky Chambers, Histoires de moine et de robot – T1 : Un Psaume pour les recyclés sauvages

Le mot de la fin

Comme quoi, il faut parfois savoir dépasser ses appréhensions pour finalement trouver une très belle surprise à laquelle on ne s’attendait pas ! Je ne pourrai pas être plus reconnaissante d’avoir pris mon courage à deux mains et de m’être lancée dans cette histoire !

Tu avais déjà entendu parler d’Un Psaume pour les recyclés sauvages ? Que t’inspire ce titre ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

5/5 - (21 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2023 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén