DES RÊVES DANS LA MARGE

T. J. Klune, La Maison au milieu de la Mer céruléenne

Résumé de l’éditeur

Une île magique. Une mission dangereuse. Un secret brûlant. Linus Baker mène une vie tranquille et solitaire. A quarante ans, il vit dans une petite maison avec un chat caractériel et ses vieux disques. En tant qu’agent du Ministère de la Jeunesse Magique, il doit s’assurer du bien-être des enfants dans les orphelinats supervisés par le gouvernement. Mais lorsqu’il est convoqué de manière inattendue par les Cadres Extrêmement Supérieurs, il se voit confier une mission curieuse et hautement secrète : se rendre sur l’île de Marsyas dans un foyer où résident six dangereux pensionnaires.

Obligé de mettre ses craintes de côté afin de rédiger un rapport objectif sur l’établissement, Linus va vite comprendre que les enfants ne sont pas le seul secret que renferme l’île. Il devra également réussir à cerner le charmant et énigmatique directeur des lieux, Arthur Parnassus, qui fera tout pour défendre ses protégés. A mesure qu’il découvre d’incroyables secrets et qu’il se rapproche d’Arthur, Linus va se retrouver confronté au plus difficile des choix : faire son devoir ou écouter son coeur.

De Saxus

Fiche technique

Titre La Maison au milieu de la Mer céruléenne

Auteur : T. J. Klune

Édition : De Saxus

Nombre de page : 473

Date de parution : 01.07.2021

Âge : À partir de 15 ans

Prix : 18.90€

Mon avis

Tu dois bien te douter qu’avec mon récent mais non moins incommensurable amour pour T. J. Klune, je n’allais pas attendre bien longtemps pour me jeter sur l’une de ses histoires les plus célèbres, tout récemment sortie en France !

Et… Waouh ! (Oui, je sais, ça commence à devenir une habitude.)

Il n’y a pas à dire : C’est très différent des Contes de Verania. Mais quelque part, tant mieux. Parce que si la série était un phénomène d’étrangeté destiné à un profil particulier de lecteur, ce roman conviendra -et plaira !- à absolument tout le monde.

Mais si c’est si différent des Contes de Verania, pourquoi ai-je quand même tout autant aimé ma lecture ? Tout simplement parce que La Maison au milieu de la Mer céruléenne contient toute l’essence de ce qui fait que j’adore T. J. Klune. On y retrouve toute son humanité, son humour, son engagement, sa sincérité. Et surtout, surtout, son talent inégalé pour écrire l’amour et toutes les teintes, toutes les formes qu’il peut prendre.

Même si tu pourrais, comme moi, avoir un petit doute en découvrant les premiers chapitres – ne t’y trompes pas : Tu termineras cette lecture en te demandant comment diable tu allais faire pour parvenir à te faufiler entre les pages pour enfin faire partie intégrante de cette histoire.

Je n’ai malheureusement pas encore trouvé la réponse à cette question. En revanche, ce que je sais, c’est qu’à chaque fois que l’auteur me demandera « N’aimeriez-vous pas être ici ? », je n’arrêterai jamais de répondre « Si. Plus que tout. »

La citation

– Monsieur ! s’exclama une voix humide derrière lui. Puis-je prendre votre manteau ?

Il se retourna pour voir…

« Chauncey ! » dit Talia qui avait l’air ravie.

Là, debout (assis ?) dans le couloir devant un petit chien, il y avait une masse informe verte aux lèvres rouges vif. Avec des dents noires. Ses yeux se trouvaient aux extrémités de longs appendices qui s’élevaient haut au-dessus de sa tête et qui semblaient bouger indépendamment l’un de l’autre. Il n’avait pas de bras, mais plutôt des tentacules avec de minuscules ventouses sur toute leur longueur. Il n’était pas tout à fait transparent, mais Linus distinguait la silhouette de Sal derrière lui.

‘Je ne porte pas de manteau », s’entendit-il répondre alors qu’il n’avait pas donné l’ordre à son cerveau de le faire.

Chauncey eut l’air déçu. « Oh. C’est… dommage. » Ses yeux se tortillèrent et soudain, son expression s’éclaircit littéralement. Il était à présent d’un vert plus clair. « Aucun problème ! Je me suis déjà occupé de vos bagages, monsieur ! Ils ont été déposés dans votre chambre, ainsi que la cage barbare qui est, je suppose, destinée à votre chat qui dort actuellement sur votre coussin. » Il tendit l’un de ses tentacules.

Linus l’examina longuement.

« Ahem, toussa Chauncey en battant deux fois le bout de son tentacule vers lui.

– Il faut que vous lui donniez un pourboire », lui souffla Talia dans son dos.

Encore une fois, sans réfléchir, Linus se vit sortir son portefeuille. Il l’ouvrit, en sortit un billet et le tendit. Lorsque Chauncey l’attrapa, il fut immédiatement trempé. « Waouh ! » murmura le garçon en rapprochant le billet. Ses yeux descendirent sur leurs antennes pour le regarder de plus près. « J’ai réussi ! Je suis un groom ! »

T. J. Klune, La Maison au milieu de la Mer céruléenne

Ma note

Le mot de la fin

Et toi, il t’arrive aussi de vouloir entrer dans une histoire ? Laquelle ?

Qu'as-tu pensé de cet article ?

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén