DES RÊVES DANS LA MARGE

Rainbow Rowell, Carry On

Résumé de l’éditeur

Une histoire d’amour profondément émouvante et complètement envoutante dans un univers effrayant de monstres et de fantomes… Un cocktail aussi surprenant que captivant !

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

Pocket Jeunesse

Fiche technique

Titre Carry On

Autrice : Rainbow Rowell

Édition – Collection : Pocket – Jeunesse

Nombre de pages : 592

Date de parution : 05.01.2017

Âge : À partir de 13 ans

Prix : 18.90€

Mon avis

Oui, je sais, je t’ai parlé de Rainbow Rowell la semaine dernière ; mais je me sentais sur une si bonne lancée après Fangirl que j’ai décidée de te parler directement de Carry On.

Je voudrais t’avertir que si tu n’a pas lu l’article de vendredi dernier, il serait préférable de le faire puisque Carry On est en quelques sortes la suite de Fangirl, bien qu’il puisse tout à fait se lire indépendamment. Ce n’est pas que tu risquerais d’être spoilé, mais simplement que je trouve qu’il serait plus pertinent de d’abord découvrir les origines de Carry On en lisant Fangirl. Maintenant que tu es averti, passons à ce pourquoi tu es là.

En général

Juste pour resituer un peu la chose, je te donne les points importants à connaître avant d’attaquer cette lecture (mais, encore une fois, tout cela est vraiment détaillé et expliqué dans l’article de la semaine dernière sur Fangirl) :

  • Carry On est la fameuse fanfiction que Cath écrit dans Fangirl. C’est donc une sorte de mise en abyme, d’histoire dans l’histoire. Malgré tout, si on ne le sait pas, il n’y a aucun lien apparent entre les deux romans.
  • Dans Fangirl, Carry On est vraiment écrit de façon très assumée comme une réécriture d’Harry Potter de J.K. Rowling, avec la particularité de faire naître une relation amoureuse entre Simon et Baz (Harry/Drago). Mais sache que, comme ce scénario est inimaginable pour moi, j’ai décidé de lire cette histoire de manière la plus détachée possible d’Harry Potter. Et franchement, ce n’est pas si compliqué de se dire que Rainbow Rowell a simplement écrit sa propre histoire fantastique avec un héros magique. Son histoire est tellement fournie avec une tonne d’intrigues et de révélations inattendues que l’on se laisse très facilement entraîner dans cet univers qui, c’est vrai, ressemble un peu à Harry Potter mais qui, au final, est aussi très différent.

Le postulat de base de Carry On est donc plutôt simple : l’histoire d’un jeune mage orphelin qui vit dans une école de magie avec sa meilleure amie, sa copine, son voisin de chambre et pire ennemi, et qui doit en même temps trouver le moyen de venir à bout d’un terrible être maléfique qui cherche à détruire le monde. Jusque-là, tout va bien.

Et puis arrive la génialissime Rainbow Rowell qui transforme cette histoire, en apparence banale, en une formidable et magnifique épopée pleine d’aventures, d’amour, de questionnements existentiels et de quêtes des origines.

En fait, je ne sais même pas par où commencer tellement ce roman est riche.

Déjà, il y a un procédé narratif que j’aime bien en général mais que j’ai vraiment incroyablement apprécié ici : les changements de points de vue. Et pas seulement ceux des deux personnages principaux (non non !), ceux de tous les personnages, mineurs et importants, qui vivent cette histoire. De sorte que c’est vraiment une surprise à chaque nouveau chapitre de découvrir avec qui nous allons partager ce bout d’aventure. Bon, après, c’est sûr qu’on ne va pas suivre quelqu’un qui n’aurait aucun rôle à jouer, sinon ce serait pas drôle 😅.

Mais plus généralement, la plume de cette autrice me retourne toujours (même certainement plus que dans Fangirl). Ses phrases courtes qui savent toujours toucher et appuyer précisément là où ça non atteindra le plus. Son humour parfait, un peu noir et sarcastique que j’adore. Cette plume participe beaucoup à faire que cette histoire est incroyablement douce et enveloppante. Tu sais, parfois une lecture te marque à un point où tu serais capable de dire précisément où tu étais et ce que tu faisais au moment de sa découverte. C’est la preuve qu’elle laisse son empreinte sur ta vie. Eh bien, quand je lisais Carry On, nous étions fin août, il y a 3 ans, et j’étais en route vers Paris pour une journée de visites.

Après, je ne veux pas (et j’ai peur de) t’en dire trop sur l’histoire en elle-même parce qu’il faut vraiment que tu te laisses porter par la découverte de tous les rebondissements géniaux que Rainbow Rowell a placée tout au long de son intrigue. Et même si parfois tu peux te douter de certains événements, de certaines réponses, elle arrive toujours à te faire hésiter. Puis elle continue à faire évoluer son histoire, à t’entourlouper jusqu’à te mettre face au fait accompli et que tu te dises « Eh bah merde alors… ».

Et puis il y a les personnages. Ahhh les personnages !! Il n’y en a pas un qui est inutile, comme ça peut arriver parfois. Mais utile ne veut pas dire que tu les apprécies tous. Ça veut surtout dire que tu es parfois capable de les comprendre, sans toutefois les accepter. Tu vois la différence 🤔 ? Il y a d’abord Simon, notre personnage principal auquel il est physiquement impossible de ne pas s’attacher. Malgré ses petits côtés un peu naïf et maladroit, il reste incontestablement courageux et… mignon. En fait, c’est le genre de personnage que tu as juste envie de prendre dans tes bras. Et perso, je ne peux pas parler de Simon sans parler de Baz.

Baz, Baz, Baz. Comment dire ça sans paraître un peu tarée ? Baz est ce type de personnage qui utilise un humour et un caractère très bien entraînés pour cacher un profond mal-être. C’est mon coup de cœur de ce bouquin. Sans lui, tout serait bien fade. Et en même temps, ce n’est pas juste « celui dont l’autre tombe amoureux », tu vois ? On voit trop souvent dans les romances des personnages « petit copain / petite copine » qui ne sont là que pour servir de béquille pour aider l’autre à se relever et à s’en sortir. Ce n’est pas du tout le cas ici. Baz est vraiment le personnage principal secondaire, qui a sa propre histoire à vivre. C’est, à mon sens le genre de personnage qui manque bien trop dans la littérature, et que (jusqu’à présent) seule Rainbow Rowell arrive à créer aussi bien.

Évidemment, il y a d’autres personnages qui méritent aussi le détour : Penny que j’aime beaucoup pour tout ce qu’elle représente, Agatha pour son côté pom-pom girl du lycée, et le Mage pour tout le mystère qu’il dégage…

Bon, je pense que je vais m’arrêter là pour mon avis parce que sinon je crois bien que cet article pourrait faire (au moins) le triple de ce qu’il fait déjà 😊 !

En bref

En bref, sache que Carry On de Rainbow Rowell est une petite romance MxM très très soft, lisible par tout le monde, qui va t’entraîner au cœur d’incroyables aventures magiques à rebondissements. Je t’assure que tu ne t’ennuieras pas et que tu vas fondre devant la mignonnerie et la profondeur de cette histoire. Une très jolie lecture en mode cocooning en perspective !

Ma note

Les 5 citations

Avant de commencer un nouveau livre qui m’intéresse j’aime aller checker quelques citations pour voir si le style d’écriture me plait. Voici donc cinq citations (toujours garanties 100% sans spoilers, évidemment !). Libre à toi de les lire ou pas, suivant si tu aimes bien savoir dans quoi tu t’engages ou si tu veux garder le total plaisir de la surprise.

Partager la chambre de la personne dont tu as le plus envie, c’est comme cohabiter avec le feu. Il t’attire sans cesse. Et tu t’approches trop. Tu sais pourtant qu’il ne faut pas, qu’il n’y a rien de bon à attendre de ça. Mais tu le fais.

Et alors…

Et alors, tu brûles.

RAINBOW ROWELL, CARRY ON

Et au moment où je sentais que j’allais trop loin, je me raccrochais à la seule chose dont je suis toujours certain…

Les yeux bleus.

Les boucles cuivrées.

Le fait que Simon Snow est le magicien le plus puissant au monde. Que personne ne peut lui faire de mal. Même pas moi.

Que Simon Snow est vivant.

Et que je l’aime d’un amour désespéré.

RAINBOW ROWELL, CARRY ON

Elle n’a pas besoin de me préciser que, cher nous, il y avait beaucoup de choses à cacher. Nous ne collaborons pas avec le Humdrum – pourquoi un magicien le ferait-il ? -, mais notre maison est remplie de livres interdits et d’objets maléfiques. Mêmes certains de nos livres de cuisine sont bannis. (Pourtant, ça fait des siècles que les Pitch n’ont pas mangé de fées. De toute manière, on n’en trouve plus. Et ça n’est pas parce que nous les avons toutes mangées.)

RAINBOW ROWELL, CARRY ON

– Quelqu’un d’autre peut te balancer.

– Nan. Les garçons de notre année ont tous peur de moi. Ils croient que je vais les transformer en grenouilles.

– Il y a un sort pour ça ?

– Oui, mais c’est épuisant, et après je dois les embrasser pour qu’ils redeviennent eux-mêmes.

RAINBOW ROWELL, CARRY ON

Mon chemin vers l’enfer n’est pas pavé de bonnes intentions, ni de mauvaises. C’est juste mon chemin.

Rainbow Rowell, Carry On

Sinon, j’ai appris que le tome deux de Carry On est sorti il y a quelques temps en VO et que le tome trois vient d’être annoncé pour l’été 2021. Pour l’instant aucune nouvelle du côté d’une éventuelle traduction française, mais je croise très fort les doigts pour qu’elle arrive un jour (bientôt si possible 😇) !

Je t’attends en commentaire pour me dire ce que tu as pensé de cet article, de cette histoire, de cette autrice, de tout quoi !

Amandine Stuart

5/5 - (1 vote)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén