DES RÊVES DANS LA MARGE

Lucy Maud Montgomery, Anne Shirley – T.02 : Anne d’Avonlea

Précédemment dans la série…

Clique sur l’image pour accéder à l’article

Résumé de l’éditeur

Tome 2 : Anne d’Avonlea

Avec Anne d’Avonlea, Lucy Maud Montgomery continue de déployer sous nos yeux ébahis l’univers enchanteur qu’elle a créé autour d’Anne Shirley, l’orpheline aux cheveux de feu adoptée par erreur. Entre les amis de toujours et les nouveaux venus, les idées saugrenues et le bon sens qui pointe son nez, Anne nous entraîne dans les aléas de la vie douce et enchanteresse d’un village hors du temps.

Avec ses yeux gris qui brillent comme les étoiles du soir et ses cheveux roux toujours aussi mordants que son tempérament, Anne, désormais âgée de seize ans, a su gagner l’affection des habitants d’Avonlea. Alors qu’elle prend ses fonctions d’institutrice, son caractère se dévoile tout en nuances et envolées idéalistes. Elle fera de nouvelles rencontres, comme Monsieur Harrison, leur voisin à Green Gables, ou Mademoiselle Lewis, qui vit dans le Pavillon aux échos. Il y a également Paul, un élève fascinant et, à n’en pas douter, une future âme sœur, ou les jumeaux Dora et Davy qui débarquent à Green Gables histoire d’épicer le quotidien enfin paisible de Marilla. Alors qu’Anne devient une jeune femme, les péripéties de son existence nous enchantent toujours autant qu’elles nous touchent.

À travers les joies et les peines qui font la trame du quotidien, le style si frais et poétique de Lucy Maud Montgomery porte la voix d’Anne dans les aventures, les rêveries et les moments de tendresse. Après Green Gables, quel plaisir de retrouver Avonlea !

Monsieur Toussaint Louverture

Fiche technique

Titre Anne Shirley – T.02 : Anne d’Avonlea

Autrice : Lucy Maud Montgomery

Édition – Collection : Monsieur Toussaint Louverture – Monsieur Toussaint Laventure

Nombre de page : 352

Date de parution : 18.02.2021

Âge : À partir de 10 ans

Prix : 16.50€

Mon avis

Grandir. C’est à la fois un moment triste et rempli d’excitation face à ce qu’on perd et toutes les possibilités qui s’ouvrent à nous. C’est un peu le constat que va devoir faire Anne dans le deuxième tome de ses aventures.

Un tome que j’ai trouvé très beau. Parce que plus équilibré entre l’insouciance de l’enfance qui réside encore et la maturité de l’âge adulte qui se développe. Parce que toujours aussi poétique aussi, j’ai adoré me perdre dans les magnifiques méandres de l’inimitable plume de Lucy Maud Montgomery. Parce que les nombreux nouveaux personnages que nous sommes amenés à rencontrer m’ont tous plus charmée les uns que les autres – mentions spéciales à Davy et à l’enchanteresse Mademoiselle Lavendar.

Mais un tome que j’ai aussi trouvé légèrement plus terre à terre (ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose). Les préoccupations de nos chers écoliers de l’Île-du-Prince-Édouard évoluent pour devenir plus adultes, normal lorsqu’on a 16 ans. Mais Anne ne vit pas tout à fait les choses au même rythme qu’eux et peut donc parfois se sentir en décalage… De manière plus générale, il y a aussi d’assez nombreux « sujets sérieux » qui débarquent dans la vie des habitants de Green Gables, ce qui rend ce tome un peu plus solennel – et encore une fois, plus mature.

Ce qui n’enlève absolument rien au fait qu’Anne continue d’être l’autrice de nombreuses bêtises et péripéties en tous genres qui nous régalent toujours autant et font que, malgré son évolution, cette série est toujours aussi sources de bonheurs et de biens-êtres – restant ainsi dans le top des remèdes littéraires (et télévisuels) à prescrire lorsque le moral est en berne.

Anne d’Avonlea reste donc, malgré (ou grâce à) son évolution des personnages et des choses auxquelles ils ont à faire face, le digne héritier d’Anne de Green Gables et saura par conséquent ravir tout lecteur qui voudrait retourner pour quelques heures partager les merveilleuses aventures d’Anne, qui n’a rien perdu de son romantisme et de sa si belle et singulière façon d’admirer le monde.

La citation

Mais tu sais, Anne, un coeur brisé, dans la vraie vie, c’est moins redoutable que dans les livres. C’est un peu comme une dent cariée – même si tu vas penser que la comparaison n’est pas très romantique. Il y a des périodes où ça fait mal, et parfois, ça vous empêche de dormir, mais le reste du temps, on peut apprécier la vie, les rêves, les échos et les pralines, comme si tout allait bien. Voilà, maintenant, tu as l’air déçue. Tu es en train de te dire que je ne suis plus aussi intéressante qu’il y a cinq minutes, quand tu pensais que j’étais la proie de souvenirs tragiques, courageusement cachés derrière des sourires de façades. C’est ça le pire, ou le meilleur, dans la vie, Anne. Elle refuse de vous abandonner à votre sort. Elle persiste à essayer de vous consoler ; et elle y parvient, même quand vous êtes bien décidé à être malheureux et romantique.

Lucy Maud Montgomery, Anne Shirley – T.02 : Anne d’Avonlea

Ma note

Le mot de la fin

Tu aimes autant que moi voir des personnages grandir et évoluer ?

Amandine Stuart

5/5 - (4 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén