Des rêves dans la marge

Des lectures variées et des avis sincères

Chronique Lecture | Du thé pour les fantômes, de Chris Vuklisevic

Couverture du livre Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic.

Résumé de Du thé pour les fantômes

“Quand on est vivant, on occupe les places que les morts ont laissées. C’est la règle.”

Agonie est sorcière. Félicité, passeuse de fantômes. Le silence dure depuis trente ans entre ces deux filles de berger, jusqu’au jour où la mort brutale de leur mère les réunit malgré elles.

Pour recueillir ses derniers mots, elles doivent retrouver son spectre, retracer ensemble le passé de cette femme qui a aimé l’une et rejeté l’autre. Mais le fantôme de leur mère reste introuvable, et les témoins de sa vie, morts ou vivants, en dessinent un portrait étrange, voire contradictoire.

Que voulait-elle révéler avant de mourir ? Qui était vraiment cette femme fragmentée, multiple ?

Leur quête de vérité emmènera les sœurs des ruelles de Nice au désert d’Almería, de la vallée des Merveilles aux villages abandonnés de Provence, et dans les profondeurs des silences familiaux.

Entrez dans le salon de thé. Prenez une tasse chaude à l’abri de la pluie. Écoutez leur histoire.

Éditions Denoël

Fiche technique

Titre Du thé pour les fantômes

Autrice : Chris Vuklisevic

Édition – Collection : Denoël – Lunes d’Encre

Nombre de pages : 448

Date de parution : 03.05.2023

Âge : À partir de 15 ans

Prix : 21.00€

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de l’édition 2023 du Pumpkin Autumn Challenge.

Remarque Bis : J’ai découvert ce livre dans sa version audio, lue par Clotilde Seille.

Mon avis sur Du thé pour les fantômes

Ce roman me faisait terriblement envie depuis sa sortie, en Mai, mais je tenais à me le réserver pour l’automne. J’ai donc patienté tout en lisant les nombreuses critiques élogieuses qui venaient me narguer, l’ai glissé dans ma PAL du Pumpkin Autumn Challenge et l’ai enfin découvert en Septembre via sa version audio.

Du thé pour les fantômes, entre étrangetés et amertumes

Et je dois avouer que ma lecture de Du thé pour les fantômes a été surprenante. Cette histoire m’a beaucoup décontenancée, parce qu’elle ne ressemblait à rien de ce que j’avais pu lire jusqu’à présent. Le roman est bourré d’étrangetés en tous genres, ce qui en fait clairement un OLNI – objet littéraire non-identifié – à part entière.

Il est particulièrement difficile de décrire Du thé pour les fantômes et en quoi c’est un roman qui désarçonne. Alors je dirais seulement que c’est un roman plein d’amertumes et d’âpretés qui explore les relations entre sœurs, qui va s’interroger sur ce que l’on sait réellement de nos parents et de leur vie avant nous. Un roman qui voyage à travers les époques pour nous faire explorer le pays niçois, de sa capitale à ses terres les plus reculées, pour aller arracher les croûtes sanguinolentes de secrets de famille qui n’ont jamais vraiment cicatrisé. Tout cela avec l’aide de fantômes du passé et de thés précieux à faire infuser dans des théières au caractère bien trempé.

Gif d'une théière versant du thé chaud dans une tasse, pour illustrer ma chronique de Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic.

C’est violent, beau, macabre et poétique. Mais aussi étrange et perché. Tout cela incarné par la magnifique plume de Chris Vuklisevic qui a ce talent pour dire les choses avec douceur mais sans concessions. Je pense toutefois que mon expérience du livre audio m’a quelque peu desservie puisque j’ai moyennement accroché à la voix de la narratrice. C’est pour cela que je pense lire un autre livre de l’autrice, mais en me confrontant cette fois directement au texte pour voir si mon ressenti sera différent.

Si je devais te donner un conseil tangible (après ces explications brumeuses) avant de te lancer dans la lecture de Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic, ce serait de ne t’attendre à rien puisque de toute façon ton expérience de lecture sera inédite et déroutante. À force de m’impatienter face à ce roman, j’ai involontairement fini par m’en faire une idée assez précise, claire et détaillée sortie tout droit de mon imagination. Et je peux te dire que la confrontation avec la réalité du manuscrit a été assez violente, surtout au début, lorsque j’ai dû faire le deuil de ce que mon esprit avait créé de toutes pièces. Donc ne t’attend à rien, je pense que c’est ce qui te permettra de profiter pleinement de cette lecture.

En bref

En bref, Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic est un livre déroutant qui ne ressemble à rien de ce que j’avais pu lire jusqu’à présent. C’est un roman plein d’amertumes et d’âpretés, à la fois violent, beau, macabre et poétique, sublimé par la magnifique plume de l’autrice. Une histoire pleine d’étrangetés, qu’il faut découvrir sans idées préconçues et avec l’esprit ouvert, mais qui mérite vraiment d’être découvert – rien que pour l’expérience de lecture inédite qu’il te procurera.

Ma note

Ma note : 15/20

La citation de Du thé pour les fantômes

C’est là, dans ce point aveugle de la mémoire, que se cachent les fantômes. Dans leurs moments de honte, leurs culpabilités, leurs regrets en suspens. Dans leurs vérités sous les masques. Saisir les remords du vivant pour débusquer le spectre.

Chris Vuklisevic, Du thé pour les fantômes

Le mot de la fin

Si tu cherches un roman pour t’accompagner durant ce week-end d’Halloween, Du thé pour les fantômes est sans conteste un candidat sérieux pour le post. Mais si tu n’es que moyennement convaincu·e, je t’encourage à aller me rejoindre sur les réseaux sociaux. J’y partagerai demain une sélection de recommandations livresques idéales pour ces quelques jours frissonnants qui nous attendent.

En attendant de te retrouver là-bas, je te souhaite un bon samedi et un excellent week-end !

Tu es intrigué·e par Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

5/5 - (29 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén