DES RÊVES DANS LA MARGE

Amy Harmon, Nos Faces cachées

Résumé de l’éditeur

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l’on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connait un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être…

Nos Faces Cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre.

L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un guerrier pour une fille ordinaire.

L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant.

Un conte moderne qui vous rappellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

Robert Laffont

Fiche technique

Titre : Nos Faces cachées

Autrice : Amy Harmon

Édition – Collection : Robert Laffont – Collection R

Nombre de pages : 450

Date de parution : 22.01.2015

Âge : À partir de 15 ans

Prix : 17.90€

Mon avis

Il me semble que je ne te l’ai pas encore dit, mais la romance est un genre que j’apprécie et que je lis régulièrement (en particulier après un bon classique comme La Vie devant soi de Romain Gary). C’est pour ça qu’il était temps que je te parle d’une histoire telle que Nos Faces cachées d’Amy Harmon, qui me tiens à cœur pour toutes les raisons que je vais t’énoncer dès à présent.

En général

Le truc ici, c’est que (pour une fois) le résumé de l’éditeur est vraiment bien fait et retranscrit avec une vraie justesse l’essence de l’histoire. Mais comme il est un peu court et que, comme tu as pu le constater, je ne sais pas faire court… allons-y pour plus de détails !

Déjà, et c’est là le point essentiel, ce roman n’a pas deux personnages principaux comme on pourrait s’y attendre, mais bien trois. Et non ! Je t’arrête tout de suite : ce n’est pas un triangle amoureux. Ouf, on est sauvés ! Maintenant il faut absolument que je te présente Bailey. Bailey est le cousin et meilleur ami de Fern, il est aussi myopathe lourdement handicapé. Ce personnage est le sucre sans qui les bonbons n’auraient plus grand intérêt, c’est une bombe qui m’a complètement retournée.

Je peux te dire que j’ai lu pas mal de roman qui traitaient du handicap, mais Nos Faces cachées est incontestablement celui qui se rapproche au plus près de la réalité de ce sujet. Bien qu’il reste un roman (et c’est ce qui est bien justement, que ce ne soit pas un docu-livre), on sent qu’Amy Harmon à des connaissances à ce propos, et c’est agréable qu’elle ne tombe pas dans le pathos dans le but de nous faire pleurer. Bailey est un de mes dix personnages de romans préférés tous confondus, et c’est pas rien. Il est l’atout majeur de ce livre. À la limite, si tu me disais que tu n’aimes vraiment pas lire de romances, je te conseillerai tout de même cette histoire, juste pour le découvrir, lui.

Ce roman est aussi un fabuleux récit de (ré)appropriation de soi, de son corps et de son identité. Il débute en septembre 2001, alors que nos personnages font leur rentrée en Terminale. Le 11 septembre, précisément. Ils seront tous les témoins horrifiés de l’effondrement des Tours du Wall Trade Center et des vies qu’elles renfermaient. Habité par un nouveau sentiment de colère, d’injustice, de haine et de patriotisme, Ambrose décide de s’engager pour aller combattre en territoire ennemi. Il en reviendra changé à jamais.

Physiquement d’abord. Lui qui était le beau gosse athlète star du lycée, adulé de tous, se retrouve défiguré et partiellement handicapé. Commence alors tout un travail de reconnaissance et d’acceptation de soi.

Moralement et psychologiquement ensuite. Ambrose se retrouve à devoir faire face à un immense sentiment de culpabilité, de syndrome de l’imposteur, d’auto-dévalorisation, de peur, de manque de confiance en lui, … Un chemin semé d’embûches qu’il ne sera pas aisé de traverser. En tout cas pas sans accompagnement…

Et c’est là qu’il est important de préciser que cette (ré)appropriation de soi sera vécue et expérimentée, non seulement par Ambrose, mais aussi par Fern et Bailey, même si cet apprentissage prendra des formes et des intensités différentes.

C’est cet accompagnement qui sera décisif, pour les uns et les autres, mais surtout entre Fern et Ambrose qui vont tisser entre eux un lien superbement fort et solide. Le genre de lien qui crée de nouvelles intuitions, te rend capable de lire dans les pensées, et de considérablement amplifier ton sixième sens. C’est beau pour nous, et c’est aussi douloureux pour eux. On reproche souvent aux romances d’être trop fictives, d’aller trop vite en besogne et finalement d’absolument pas refléter la réalité. Ce n’est pas le cas dans Nos Faces cachées. Le développement des sentiments prend son temps et ne révèle pas une urgence à faire naître cette romance. Ça fait du bien pour une fois d’avoir une impression de vrai dans ce genre de relation.

En fait, cette histoire en elle-même est une histoire de vrai qui nous montre la vie sans détours ni compassion : surprendre, souffrir, haïr, aimer, choisir, partir, recommencer, tomber, se relever, jouer, dormir, mourir, rire, comprendre, être, travailler, mentir, encourager, désobéir, freiner, positiver, planter, ménager, créer, lire, maudire, hurler, arracher, marcher, … VIVRE. Ou pas. Un modèle de récit sur nous, les mutilés de la vie, pour eux, les incompris du destin.

En bref

En bref, Nos Faces cachées d’Amy Harmon nous présente un trio équilibré de personnages qui fonctionne parfaitement, sans que personne ne soit la troisième roue du carrosse. Leurs vies, leurs épreuves, leurs espoirs, leurs luttes, leurs victoires, leurs déceptions, et leurs désillusions.

Une jolie histoire lumineuse, à découvrir que l’on soit ado ou adulte. Pour tous ceux qui veulent se souvenir que quand la vie nous file des citrons, il ne faut pas oublier d’en faire de la limonade 😉🍋🥛…

Ma note

Les 5 citations

Comme tu commences à en avoir l’habitude, avant de commencer un nouveau livre qui m’intéresse j’aime aller checker quelques citations pour voir si le style d’écriture me plait. Voici donc cinq citations (toujours garanties 100% sans spoilers, évidemment !). Libre à toi de les lire ou pas, suivant si tu aimes bien savoir dans quoi tu t’engages ou si tu veux garder le total plaisir de la surprise.

Au début, les questions sont simples. Des choses du genre « Amer ou sucré ? », « Hiver ou automne ? », « Pizza ou tacos ? ». Puis elles dévient vers des sujets profonds, personnels, révélateurs. Les lettres vont et viennent, questions, réponses, et c’est un peu comme s’ils se déshabillaient : ils enlèvent d’abord les vêtements sans importance, la veste, les boucles d’oreilles, la casquette de baseball. Puis suivent les boutons, les fermetures Éclair, et les habits glissent au sol. Le cœur de Fern bat plus fort et son souffle s’accélère chaque fois qu’un vêtement métaphorique est ôté.

Amy Harmon, Nos Faces cachées

– Il y a des jours comme ça, Bailey, où on se dit qu’on n’en peut plus. Et puis on découvre qu’en fait, on peut encore avancer. Toujours. Tu es fort. Tu respires un grand coup, tu déglutis encore une fois, tu souffres encore un peu et tu trouves un second souffle, affirme Fern dont le sourire tremblant et les yeux pleins de larmes contredisent les paroles.

Bailey est d’accord, il a les larmes aux yeux lui aussi.

– Mais il y a des jours où tu ne peux plus faire semblant de ne pas voir que tu es dans un beau merdier, Fern, tu sais.

AMY HARMON, NOS FACES CACHÉES

– Mais on ne les a pas seulement perdus, eux ! s’exclame Bailey. On t’a perdu aussi ! Tu n’as pas encore compris que cette putain de ville est en deuil de toi ?

– Ils sont en deuil de leur superstar. D’Hercule. Je ne suis pas ce mec-là. Je ne peut plus faire de lutte, Bailey. Ils veulent le gars qui ne perd jamais et qui a une chance de gagner aux jeux Olympiques. Ils n’en ont rien à foutre du monstre chauve qui n’entendra pas le putain de sifflet s’il est du côté de sa mauvaise oreille.

– Je viens de t’expliquer que je ne peux pas aller pisser tout seul. Je suis totalement dépendant de ma mère, qui baisse mon pantalon, me mouche et me met du déodorant. Et pour aggraver les choses, quand j’allais au lycée, je devais compter sur quelqu’un pour m’aider à faire presque tout. C’était gênant. Et frustrant. Mais nécessaire ! Je n’ai aucune fierté, Ambrose ! Aucune. J’avais le choix : ma fierté ou ma vie. J’ai été obligé de choisir. C’est pareil pour toi. Tu peux conserver ta fierté intacte, rester assis ici, faire des cupcakes, devenir gros et vieux et, au bout d’un moment, tout le monde s’en foutra. Ou tu peux échanger ta fierté contre un peu d’humilité et récupérer ta vie.

AMY HARMON, NOS FACES CACHÉES

La victoire est dans la lutte.

AMY HARMON, NOS FACES CACHÉES

Je sais ce qu’est un trou. Cette année, j’ai eu l’impression d’être un de ces flocons de neige qu’on fabriquait à l’école. Tu sais, quand on plie le papier puis qu’on le coupe encore et encore jusqu’à ce qu’il soit en lambeaux. C’est à ça que je ressemblais. Un flocon de neige en papier. Et chaque trou portait un nom. Et personne, ni toi ni moi, ne peut remplir les trous laissés par quelqu’un d’autre. On peut juste se retenir l’un à l’autre pour ne pas tomber dans un trou et ne plus jamais en sortir.

AMY HARMON, NOS FACES CACHÉES

Et toi, dis-moi : Tu lis des romances ? Tu connais Nos Faces cachées d’Amy Harmon ? J’aimerais beaucoup avoir ton avis sur le sujet ☺ !

Amandine Stuart

Au Suivant Poste

Précedent Poste

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Feedbacks en ligne
Voir tous les commentaires

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén

0
J'aimerais avoir ton avis sur cet article ! N'hésite pas à laisser un commentaire !x
()
x