DES RÊVES DANS LA MARGE

Allie Esiri, A Poem for Every Autumn Day

Résumé de l’éditeur

Within the pages of Allie Esiri’s gorgeous collection, A Poem for Every Autumn Day you will find verse that will transport you to vibrant autumnal scenes, from harvest festival to Remembrance Day. The poems are selected from Allie Esiri’s bestselling poetry anthologies A Poem for Every Day of the Year and A Poem for Every Night of the Year.

Perfect for reading aloud and sharing with all the family, this book dazzles with an array of familiar favourites and remarkable new discoveries. These seasonal poems – together with introductory paragraphs – have a link to the date on which they appear.

Includes poems by Robert Louis Stevenson, John Betjeman, Amy Lowell, Paul Laurence Dunbar, William Shakespeare and Christina Rossetti who sit alongside Seamus Heaney, John Agard, Simon Armitage, Patience Agbabi and Imtiaz Dharker. This soul-enhancing book will keep you company for every day of Autumn.

Éditions Macmillan’s Children’s Books

Fiche technique

Titre A Poem for Every Autumn Day

Autrice : Allie Esiri

Édition : Macmillan’s Children’s Books

Genre : Poésie

Nombre de pages : 288

Date de parution : 20.08.2020

Âge : À partir de 10 ans

Prix : 18.06€

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de l’édition 2022 du Pumpkin Autumn Challenge.

Mon avis

C’est en regardant la vidéo où Isabelle de la chaîne Les Chroniques du Hérisson présentait sa PAL pour l’automne que j’ai rencontré ce livre pour la première fois. Et j’ai tout de suite été attirée par cette couverture absolument sublime et ce concept que je trouvais très original. Mais comme je savais que je n’aurais pas la discipline suffisante pour lire un poème par jour pendant trois mois… j’ai décidé de le lire comme un livre classique : en un seul bloc. Je m’y suis donc attelée durant le premier week-end de Novembre.

Et j’avoue que ce fut une lecture un peu en demi-teinte.

Form

D’abord, je voudrais m’attarder rapidement sur la forme de cette anthologie, qui regroupe par définition des poèmes (ou extraits de poèmes) de différents auteurs et de différentes époques. Parce que je dois dire que j’ai été assez surprise de constater qu’en réalité A Poem for Every Autumn Day ne propose pas un poème par jour, mais bien deux. À chaque date correspondent en effet deux poèmes, étant précédé d’un petit symbole de soleil ou de lune, pour nous inciter à lire celui-ci en début de journée et celui-là en fin de journée. Tu me diras, c’est plutôt positif puisqu’on nous offre plus de lecture. Et je serai d’accord avec toi. Mais une partie de mon esprit ne pouvait pas s’empêcher de se dire que le titre était un peu mensonger. C’est pour ça que je préfère prévenir, au cas où il y aurait des lecteurs maniaques dans la salle ^^

J’ai en revanche beaucoup aimé le fait qu’Allie Esiri ait inséré un petit paragraphe avant chaque poème, ce qui permet de l’introduire, de le contextualiser et de nous donner des clés de lecture qui nous permettent une meilleure compréhension des vers qui suivent. D’autant plus que l’autrice s’est efforcée de mettre en avant des évènements qui correspondent à la date à laquelle on se trouve. C’était souvent très intéressant et instructif, dans la mesure où nous ne sommes pas forcément familiers avec l’Histoire des États-Unis et de ses traditions. J’ai trouvé ça très pédagogique et bienvenu. (Tu en as un bon exemple dans la citation qui suit mon avis.)

In english, please !

Le seul point que je redoutai un peu avant de me lancer dans cette lecture était l’anglais en lui-même. Je lis relativement peu en anglais, même si l’expérience s’est toujours montrée concluante. Mais je n’avais encore jamais fait l’expérience de la poésie en anglais. Et si, bien sûr, la compréhension de certains poèmes m’a totalement échappé, je dois dire que, dans l’ensemble, je n’ai pas rencontré trop de difficultés. S’il m’est arrivé de sauter quelques textes (notamment les très anciens), la plupart ne m’ont pas posé de problèmes majeurs. Ou bien, si le sens m’échappait parfois, il me suffisait de me laisser porter par le rythme pour avoir l’impression de saisir l’intention et le message que le poète souhaitait faire passer.

Disagree

Maintenant, je dois dire qu’il m’a peut-être manqué un peu de diversité dans le choix des poèmes fait par Allie Esiri. Je m’explique. Si j’ai été heureuse de constater qu’il y avait une vraie variété dans les formes (poèmes de toutes tailles), dans les périodes (d’avant J.-C. à nos jours) et dans les genres (de la jeunesse, des classiques, du modernisme, etc).

Mais je dois dire que j’ai souvent trouvé les thématiques assez répétitives. J’ai notamment noté que le sujet religieux revenait beaucoup, en particulier avec des prières pour les poèmes du soir. Je ne suis pas contre ce type de textes que je peux parfois trouver apaisants en petite dose, mais au bout d’un moment je pense que ça suffit.

Même remarque dans un registre tout à fait différent : le mois de Novembre était beaucoup composé de poèmes autour de la guerre, ce qui peut paraître normal vu que ça fait partie intégrante de notre Histoire, que nous honorons en ce moment. Il faut s’en souvenir et en parler. Mais au bout d’un moment, j’ai fini par saturer.

Peut-être que ceux qui n’ont lu que deux poèmes par jour n’ont pas eu ce sentiment, mais j’ai vraiment ressenti ce trop-plein en les lisant les uns à la suite des autres.

En bref

En bref, A Poem for Every Autumn Day de Allie Esiri fut une lecture agréable et originale qui m’a permis de sortir de ma zone de confort grâce à l’anglais et d’élargir mes références en rencontrant beaucoup d’auteurice anglophones dont je n’avais jamais entendu parler. J’ai malheureusement été un peu déçue par la répétition de certaines thématiques qui allaient un peu trop vers la facilité à mon goût. Mais je suis contente d’avoir fait cette expérience et espère la renouveler avec A Poem for Every Winter Day !

Ma note

La citation

☀️ 9 October · Malala · Michaela Morgan

On 9 October, 2012, the Pakistani writer and activist Malala Yousafzai was shot by a Taliban gunman. At the time she was only fifteen. Though she was seriously injured, she lived, and her story was thrown into the centre of media attention. She went on to put her energies into working for the right of all children to an education, and at the age of seventeen she became the youngest ever recipient of a Nobel Peace Prize.

A girl with a book.

A girl with a book.

That’s what has scared them —

A girl, with a book.

They get on to the bus.

They call out my name.

They aim. And they fire.

A shot to the brain.

Because a girl with a book,

A girl with a voice,

A girl with a brain,

A girl with a choice,

A girl with a plan

To have rights, like a man.

That’s what they’re scared of

One girl, with a book.

A girl who has words.

A girl with a pen.

A girl to be heard

With support of her friends

Who want to live free —

That’s what they fear

A girl just like me.

Allie Esiri, A Poem for Every Autumn Day

Le mot de la fin

Ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé de poésie par ici, et je dois dire que je suis ravie de m’y être remise parce que le genre commençait à me manquer !

Tu avais déjà entendu parler de cette série de livres ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

5/5 - (9 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén