Des rêves dans la marge

Des lectures variées et des avis sincères

Madeline Miller, Galatée

Résumé de l’éditeur

Depuis l’Antiquité, le mythe de Pygmalion et Galatée n’a de cesse de fasciner et d’inspirer des artistes. Mais ce récit millénaire du sculpteur misanthrope, épris de la statue qu’il vient de réaliser, demeure inachevé : lorsque Galatée est transformée en être vivant par les dieux, elle est réduite au silence par les hommes. Enfin, il est temps pour elle de devenir la narratrice de sa propre histoire et ainsi de choisir elle-même son destin.

Éditions Calmann-Lévy

Fiche technique

Titre Galatée

Autrice : Madeline Miller

Édition – Collection : Calmann-Lévy – Romans étrangers, Nouvelles

Genre : Nouvelle

Nombre de pages : 48

Date de parution : 11.01.2023

Âge : À partir de 16 ans

Prix : 6.90€

Mon avis

Qui ici n’a jamais entendu parler du phénomène Madeline Miller, l’autrice du Chant d’Achille et de Circé ? Pas grand monde, je pense. J’avoue que ce succès et cette unanimité de la part des lecteurs me paraissaient un peu suspects et, je l’avoue, me faisait un peu peur. Alors, qu’est-ce qui m’a fait m’arrêter devant ce livre pendant mon dernier passage en librairie ? Le nom de l’autrice, évidemment, mais aussi le petit format de l’objet qui porte la mention “nouvelle” sur sa couverture. Et je dois dire que ça m’a séduit, parce que je savais que je ne prenais pas trop de risques avec cette lecture qui serait donc une bonne façon de mettre un orteil dans l’univers de Madeline Miller.

Un mythe qui entre dans la légende

Comme dans ses œuvres précédentes, l’autrice réécrit des passages de la mythologie pour les moderniser et ainsi mettre en lumière les messages fondamentaux de ces histoires qui ont souvent été mis de côté au profit du folklore. Cette nouvelle reprend donc le mythe de Galatée, cette statue qui a pris vie après que son sculpteur, Pygmalion, a prié la Déesse de lui offrir cette femme. Voilà grosso modo ce que je savais de Galatée avant de me lancer dans ma lecture.

Et je me suis pris une belle claque ! Parce qu’en une cinquantaine de pages, l’autrice parvient à nous embarquer dans son univers, à pointer du doigt une multitude de choses et à nous bouleverser par l’universalité de son récit.

Universalité

Galatée s’est tout de suite imposé comme un coup de cœur. Car ce petit livre recèle tellement de force et de pouvoir que ça m’a un peu perturbé, je l’avoue. Pour entrer un peu plus dans le concret : On rencontre Chloé, une femme que son mari riche et puissant fait passer pour folle et qu’il a donc enfermée sous la bonne garde de médecins et d’infirmières qui passent leur temps à la droguer pour qu’elle se taise et qu’elle reste sagement allongée.

Chloé nous raconte sa vie, depuis sa naissance -lorsque Pygmalion l’a sculptée-, en passant par la naissance de leur fille, les humeurs de son mari qui ne supporte pas qu’elle ait une langue (et donc des opinions) ou qu’elle attire le regard des autres… Et encore moins son désir d’indépendance. Nous sommes donc spectateurs de la détresse de cette femme qui va tout faire pour tenter de trouver une échappatoire à sa situation.

Inutile que je t’explique en quoi ce récit est extrêmement moderne et se fait le reflet de l’actualité, je crois que ce petit résumé parle de lui-même. Mais ce n’est pas juste une énième histoire qui a seulement pour but de “faire réagir”. Il y a quelque chose de bien supérieur. C’est peut-être l’université de ce récit. Ou bien la plume de Madeline Miller qui en fait une histoire intemporelle où les gens se baladent en toges mais utilisent un vocabulaire d’aujourd’hui. Ou peut-être que c’est tout autre chose. Mais ça ne change rien au résultat final qui est que Galatée est une œuvre superbe, incroyable, révoltante, moderne et indispensable. Tu aurais tort de t’en priver.

Le bonus fondamental

Je termine cette chronique en ajoutant que ma lecture s’est terminée sur une très bonne surprise. L’autrice a en effet intégré une postface à la fin de sa nouvelle où elle prend la parole pour nous expliquer l’histoire du mythe de Galatée et Pygmalion : Comment il est né et la forme qu’il avait à ce moment-là, puis comment il a évolué à travers le temps et les époques pour se transformer, être réécrit et parfois réinterprété. C’est un point que j’ai énormément apprécié puisqu’il permet de remettre cette histoire dans son contexte, d’avoir une meilleure perspective sur la question… Et d’ainsi pouvoir encore mieux apprécier l’histoire que l’on vient de découvrir.

En bref

En bref, Galatée de Madeline Miller est une lecture coup de cœur. Courte mais percutante, elle permet de traiter la domination des hommes sur les femmes dans un contexte différent, en en faisant un sujet universel et intemporel qui existe en réalité depuis la nuit des temps. L’autrice nous présente une héroïne forte et déterminée, qui évolue dans un récit d’une extrême modernité. Il est impossible de ne pas ressortir révolté de cette lecture qui s’imposera très vite comme un indispensable de ta bibliothèque, c’est une certitude.

Ma note

La citation

Suite à cela, à la lumière des torches, il s’est étonné des marques sur moi, le vermeil autour de mon cou, et le violet sur mes bras et ma poitrine, là où il m’avait attrapée. Il les a frottées, comme s’il s’agissait de taches et non de meurtrissures. “La couleur est parfaite, regarde.”

Et il a levé le miroir pour que je puisse voir.

”Tu fais une toile des plus rares, mon cœur.”

Madeline Miller, Galatée

Le mot de la fin

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette découverte fut une franche réussite ! Il est clair que je vais poursuivre mon exploration des histoires de Madeline Miller dans les mois qui viennent. Et je m’en réjouis d’avance !

Tu as déjà lu une œuvre de Madeline Miller ? Laquelle me conseillerais-tu pour ma prochaine lecture ?

À bientôt pour un nouvel article !

Amandine Stuart

5/5 - (16 votes)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2024 Des rêves dans la marge

Thème par Anders Norén