DES RÊVES DANS LA MARGE

Alice Zeniter, Comme un empire dans un empire

Résumé de l’éditeur

Il s’appelle Antoine. Elle se fait appeler L. Il est assistant parlementaire, elle est hackeuse. Ils ont tous les deux choisi de consacrer leur vie à un engagement politique, officiellement ou clandestinement.

Le roman commence à l’hiver 2019. Antoine ne sait que faire de la défiance et même de la haine qu’il constate à l’égard des politiciens de métier et qui commence à déteindre sur lui. Dans ce climat tendu, il s’échappe en rêvant d’écrire un roman sur la guerre d’Espagne. L vient d’assister à l’arrestation de son compagnon, accusé d’avoir piraté une société de surveillance, et elle se sait observée, peut-être même menacée. Antoine et L vont se rencontrer autour d’une question : comment continuer le combat quand l’ennemi semble trop grand pour être défait ?

Dans ce grand roman de l’engagement, Alice Zeniter met en scène une génération face à un monde violent et essoufflé, une génération qui cherche, avec de modestes moyens mais une contagieuse obstination, à en redessiner les contours. L’auteure s’empare audacieusement de nos existences ultracontemporaines qu’elle transfigure en autant de romans sur ce que signifie, aujourd’hui, faire de la politique.

Flammarion

Fiche technique

Titre Comme un empire dans un empire

Autrice : Alice Zeniter

Édition – Collection : Flammarion – Hors collection ; Littérature française

Nombre de page : 400

Date de parution : 19.08.2020

Âge : À partir de 16 ans

Prix : 21€

Remarque : J’ai lu ce livre dans le cadre de mon rôle de jurée du Prix du Roman des étudiants, dont Comme un empire dans un empire fait partie de la sélection 2020.

Mon avis

Avant de me lancer dans ce roman, j’avais dans l’idée que cette histoire devait renfermer beaucoup de modernité et d’humanisme, ce qui nous ferait découvrir des histoires de vies qui se télescopent. Ma première impression était-elle la bonne ? Réponse tout de suite !

En général

C’est peut-être un peu triste à dire mais, plus tard, la première chose dont je me souviendrai à propos de Comme un empire dans un empire, c’est sa longueur. Pourtant je te promets que j’y ai mis de la volonté, mais force est de constater qu’au bout des 120 premières pages, rien n’avait vraiment bougé et je m’ennuyai un peu à cause des descriptions et des introspection beaucoup trop étirées. J’ai donc pris la décision de continuer en lecture rapide, c’est-à-dire de ne lire que la première et la dernière phrase de chaque paragraphe. Et tu sais quoi ? J’ai absolument tout compris et n’éprouve pas la moindre impression d’avoir loupé quelque chose ! Conclusion : Ce roman aurait très bien pu faire moitié moins de pages, que sa qualité n’en aurait pas été altérée.

Ensuite, ce qui m’a un peu embêtée, c’est que ce livre est, pour moi, trop tourner vers la politique. Je n’ai pas de reproche à faire à la politique, c’est même quelque chose que j’ai appris à aimer décrypter. Mais la façon dont l’a traitée Alice Zeniter m’a un peu gênée dans le sens où elle n’est pas en accord avec certains (beaucoup d’) aspects de mes convictions. C’est quelque chose qui est difficile à aborder ici parce que ce n’est pas le but du blog. Mais, toujours selon moi, Alice Zeniter ne condamne pas certaines choses qui devraient l’être.

Comme un empire dans un empire traite en réalité d’engagement de personnages qui se battent pour défendre leurs idées. J’adhère totalement à ce fait, c’est formidable d’avoir le cran de le faire. Je pense simplement que d’avoir choisi de s’exprimer sur le plan politique n’était peut-être pas la bonne idée. Et même si j’ai bien senti que ce choix était justifié et avait certainement une importance personnelle pour l’autrice, pour moi il porte trop à controverse. C’était un pari, qui de mon point de vue a été perdu.

En revanche, ce qui m’a un peu plus intéressée pendant ma lecture à été les personnages. Nous les rencontrons alors qu’ils sont tous les deux en pleine crise existentielle, à un moment de leur vie où un tournant est en train de se jouer, mais où ils se demandent encore quelle direction ils vont choisir d’emprunter. C’était quelque chose que j’ai relativement pris plaisir à suivre, malgré (encore une fois) l’inutile longueur du texte. J’avoue que les préoccupations de L m’ont plus accrochées que celles d’Antoine, c’est le jeu. Je souligne et j’apprécie également les engagements féministes, diffus mais malgré tout bien présent, que j’ai remarqués tout au long de ma lecture.

En bref

En bref, Comme un empire dans un empire d’Alice Zeniter avait du potentiel, qui a été gâché par une écriture beaucoup trop développée et des idées politiques trop visibles et marquées. La psychologie des personnages, bien étoffée, n’a malheureusement pas réussi à gommer ces points négatifs qui, s’ils n’avaient pas été présents, aurait fait de ce roman une très chouette histoire de vie aux messages forts. Je suis donc très déçue…

Ma note

Les 5 citations

Avant de commencer un nouveau livre qui m’intéresse j’aime aller checker quelques citations pour voir si le style d’écriture me plait. Voici donc cinq citations (toujours garanties 100% sans spoilers, évidemment !). Libre à toi de les lire ou pas, suivant si tu aimes bien savoir dans quoi tu t’engages ou si tu veux garder le total plaisir de la surprise.

L avait sa cible de prédilection, n’agissait jamais au hasard : elle doxait la fachosphère qui se métastasait silencieusement dans les tréfonds du Net et jaillissait ensuite en meute des profondeurs. Elle voulait la priver d’un quartier général où faire grandir ses forces.

ALICE ZENITER, COMME UN EMPIRE DANS UN EMPIRE

– Isabelle, je vous l’ai déjà dit plusieurs fois : c’est bien de remettre en doute les théories toutes faites qu’on nous propose. Mais après, il faut essayer de les vérifier ou au contraire de prouver qu’elles sont fausses au lieu d’avancer des théories de remplacement pour lesquelles vous n’avez aucune preuve non plus.

ALICE ZENITER, COMME UN EMPIRE DANS UN EMPIRE

– Quand je sortirai d’ici, tu sais ce que je voudrais faire ? Je voudrais aller dans le désert. Et je me saoulerai de silence.

ALICE ZENITER, COMME UN EMPIRE DANS UN EMPIRE

Sûrs de l’endroit où ils la trouver à tout moment de la journée pour lui envoyer au travers de la gueule le poing qu’elle avait bien mérité, tant pis si les enfants étaient là, tant pis s’ils pleuraient, les enfants pleurent beaucoup mais après ils oublient.

ALICE ZENITER, COMME UN EMPIRE DANS UN EMPIRE

Tous les acrobates savent que la tristesse déplace le centre de gravité. Il faut trouver son équilibre autrement quand on est triste.

ALICE ZENITER, COMME UN EMPIRE DANS UN EMPIRE

Devines quoi !… J’ai officiellement terminé mes cours du premier semestre aujourd’hui !! Plus qu’à survivre à la semaine de partiels qui arrivent et je serai enfin en vacances !!! Je suis joie !!!!

Mais sinon, tu as lu Comme un empire dans un empire d’Alice Zeniter ? Qu’en as-tu pensé ?

Amandine Stuart

Au Suivant Poste

Précedent Poste

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Feedbacks en ligne
Voir tous les commentaires

© 2021 DES RÊVES DANS LA MARGE

Thème par Anders Norén

0
J'aimerais avoir ton avis sur cet article ! N'hésite pas à laisser un commentaire !x
()
x